BFMTV

Orvault: la police diffuse une fiche de recherche sur la famille disparue

Dans une fiche de recherche datée du 24 février, les enquêteurs orientaient leurs soupçons vers le fils de la famille Troadec portée disparue depuis le 16 février.

Douze jours après la disparition d'une famille à Orvault, l'affaire reste mystérieuse. "Les premiers éléments recueillis pourraient orienter l'enquête sur la personnalité du fils", précise une fiche de recherche lancée par la police le 24 février, au lendemain de l'appel signalant la disparition des quatre membres de la famille Troadec. Il y a quatre jours, les enquêteurs ont porté leurs soupçons sur le fils. Depuis d'autres éléments ont jeté le trouble sur cette piste.

Sébastien, 21 ans, était soupçonné, dans un premier temps, d'avoir mis en place "un funeste projet visant à supprimer les membre de sa famille et peut-être lui-même". Cette fiche de recherche a été envoyée à tous les services de police et gendarmerie. Sur ce document figure la photo des quatre membres de la famille Troadec et des informations personnelles les concernant. La fiche précise également que les policiers sont à la recherche d'un véhicule, celui du fils, une Peugeot 308 gris clair.

-
- © Police nationale

Une voiture manquante

Le père, la mère, le fils et la fille n'ont pas donné signe de vie depuis le 16 février. la soeur de la mère, inquiète de ne pas avoir de nouvelles, a donné l'alerte le 23 février. Des investigations ont été menées au domicile parental à Orvault. De nombreuses traces de sang, dont certaines ont tenté d'être effacées, ont été découvertes à l'intérieur du pavillon. Ce sang appartient au père, Pascal, à la mère, Brigitte et au fils, Sébastien. Fait-il également partie des victimes?

Sébastien est scolarisé en BTS systèmes numériques au lycée catholique Saint-Gabriel Saint-Michel, à Saint-Laurent-sur-Sèvre. Décrit comme sociable et gentil par ses camarades, il affiche un tout autre visage sur les réseaux sociaux. En 2013, il décrivait des relations tendues avec son père qu'il accusait de boire. Il parlait également de son mal-être et de sa fascination pour la mort. Son téléphone portable, le seul retrouvé, ensanglanté, dans le pavillon, a été le dernier à être désactivé le 17 février à 3h15.

Désignation de suspects "prématurée"

L'absence du sang de Charlotte Troadec, la fille du couple, intrigue désormais les enquêteurs. C'est notamment dans sa chambre que la montre de sa mère a été découverte tâchée de sang et cassée. Sa carte bleue a par ailleurs été utilisée frauduleusement pour acheter des jeux vidéos. 

Les policiers de la police judiciaire de Nantes et des sections de recherche de la police judiciaire d'Angers et de Rennes poursuivent leur enquête et notamment leurs auditions auprès des proches de la famille. Dans un communiqué publié lundi soir, le parquet de Nantes indiquait qu'il était "prématuré de désigner nominativement des personnes qui pourraient être considérées comme suspectes". Pour le moment, rien ne permet d'établir un scénario précis des faits à savoir s'il s'agit d'un drame familial ou le produit de l'intervention d'une tierce personne.

Justine Chevalier