BFMTV

Disparition d’une famille près de Nantes: ce que l'on sait

Une enquête vient d’être ouverte après la disparition d’une famille de quatre personnes à Orvault, près de Nantes. Pour le moment aucune piste n’est écartée.

Les parents et leurs deux enfants de 18 et 21 ans n’ont pas donné signe de vie depuis plus d’une semaine. Inquiète, c'est la sœur de la mère de famille, originaire du Finistère, qui a prévenu les policiers jeudi soir. Des policiers se sont rendus aussitôt au domicile, un pavillon dans un quartier résidentiel d'Orvault, près de Nantes, dans lequel vit la famille depuis une dizaine d'années.

Une nouvelle affaire qui rappelle, de par les faits et sa proximité géographique, le mystère de la famille Dupont de Ligonnès. Ce que l'on sait pour l'heure:

Une famille injoignable 

Aucun des membres de la famille n'a passé d'appel depuis le 16 février dernier et les deux enfants n'ont rien posté sur les réseaux sociaux. Les parents ne sont pas allés travailler. La mère, qui travaille dans un centre d'impôts à Nantes, aurait pourtant dû reprendre le travail lundi. Le père devait quant à lui reprendre vendredi. "Je l'ai appelé et je suis tombé directement sur sa messagerie", a déclaré Bertrand Ploquin, le PDG de l'entreprise dans laquelle il travaille. Sur Facebook, un collègue du père de famille, réagissait vendredi soir:

"C'est mon collègue de taf. Il n'est pas en vacances, c'est sûr. C'est vraiment une disparition..."

Des traces de sang découvertes 

  • Les enquêteurs ont fouillé le jardin ainsi que l'intérieur du pavillon d'un étage. Sur un téléphone portable laissé dans la maison vide, du sang a été retrouvé.

"De minutieuses constations de police technique et scientifique, [ont été menées] celles-ci confirmant la présence de traces de sang en différents endroits de la maison" explique le procureur de la République dans un communiqué. 

Un véhicule introuvable

Deux voitures stationnées sur place ont été saisies par la police. Le troisième véhicule familial, celui du fils, est introuvable.

Une enquête pour homicide volontaire, enlèvement et séquestration

Pour le moment, aucune piste n'est écartée. Si les indices retrouvés sur place "laissent supposer une scène violente, pour autant, il n'est pas possible à ce stade de déterminer avec précision le déroulement des faits" explique le procureur.

Pour l'heure, une enquête pour "homicide volontaire, enlèvement et séquestration" a été ouverte. Selon le procureur, cette dernière se poursuit en différents endroits du territoire national.

M.P avec AFP