BFMTV

“On est dans la science fiction, c’est inimaginable!”: pris pour Dupont de Ligonnès, Guy Joao revient sur son arrestation

-

- - Capture d'écran M6

Le retraité confondu avec Xavier Dupont de Ligonnès est revenu sur la méprise qui lui a valu d'être interrogé pendant des heures par les autorités écossaises, dans un entretien accordé à M6.

Il prend la parole à visage découvert. Près de trois mois après avoir été soupçonné à tort d’être Xavier Dupont de Ligonnès, Guy Joao raconte face aux caméras de M6 cette affaire qui le marque encore aujourd’hui.

Dans cet entretien, le retraité français d’origine portugaise donne sa version des faits aux côtés de son épouse Mhari.

"Le premier contact c'est assez brutal"

Le 11 octobre, le sexagénaire, qui prenait l’avion pour aller voir son épouse, est arrêté à l’aéroport de Glasgow par les autorités écossaises après une dénonciation anonyme. “Le premier contact est assez brutal”, témoigne Guy Joao, qui se voit intimer l'ordre de présenter son passeport sans la moindre explication. La police aux frontières lui indique qu'il est sous le coup d'un mandat d'arrêt international avant de le conduire au commissariat voisin. 

“Donc deux policiers me prennent, m’emmènent, me mettent les menottes et me mettent dans un petit fourgon de police… à l’arrière comme les chiens! Sans arrêt on me demande mon nom. C’est tout, je ne sais pas ce qu’on me veut, on me demande mon nom!”, raconte Guy Joao.

S’en suit alors un calvaire de plusieurs heures durant lesquelles le retraité sera placé en garde à vue, interrogé et mis à l’isolement total avant d’être libéré après analyses ADN. Vingt-six heures durant lesquelles le retraité vit des conditions de détention difficiles: "Vous dormez sur le béton et vous mangez comme un chien, au sol", relate Guy Joao. 

"Qui est Dupont de Ligonnès?"

Le retraité passe une nuit entière au commissariat, au cours de laquelle on lui prend ses empreintes. "C'est dur", confie-t-il aux caméras de M6. Le lendemain, libre et lavé de tout soupçon, il demande aux policiers écossais la raison de sa garde à vue. "Il paraît que vous étiez Xavier Dupont de Ligonnès", lui répondent les policiers. "Qui est Dupont de Ligonnès?", s'interroge alors le sexagénaire, ignorant tout du drame familial qui s'est produit en 2011.

Selon M6, Guy Joao aurait pu être dénoncé via le site CrimeStoppers, une plateforme qui permettrait de dénoncer anonymement un crime. Le retraité et son épouse ignorent qui aurait bien pu livrer leur nom. "On n'a pas d’ennemis on est deux retraités tranquilles", martèlent-ils. 

Le couple se remet peu à peu du déchaînement médiatique qui a suivi cette affaire. "De mauvais souvenirs" pour Guy Joao, qui a vécu une perte de poids et est victime d'insomnies comme son épouse. "C'est énorme ce qu'on a pris", explique-t-il. "On a vu beaucoup de choses, beaucoup de bêtises humaines." Les deux retraités ont encore beaucoup de questions autour de cette méprise mais affirment être ressortis "plus forts qu'avant, plus combatifs" de cette épreuve.

Hugues Garnier