BFMTV

Nantes: un millier de personnes à la marche blanche venues rendre hommage au jeune homme tué lors d'un contrôle policier

Une marche blanche en mémoire du jeune homme de 22 ans mort mardi soir lors d'un contrôle policier était organisée ce jeudi à Breil près de Nantes. Environ un millier de personnes sont venus lui rendre hommage.

Une marche blanche est organisée ce jeudi depuis 18 heures dans le quartier de Breil à Nantes en mémoire du jeune de 22 ans mort mardi soir lors d'un contrôle policier. En fin d'après-midi, environ un millier de personnes, des habitants du quartier et des quartiers voisins se sont rassemblés à l'endroit où la voiture du jeune homme a fini sa course, pour un tour du pâté de maison.

Très émus, beaucoup se sont déplacés pour se recueillir, déposer des fleurs en mémoire du défunt jeune homme, et surtout faire passer un message: "que cela ne se reproduise plus". D'abord silencieuse, la foule a ensuite scandé "Justice pour Abou". 

Au premier rang, ses proches, qui se tenaient par le bras, décrivent un garçon "souriant, serviable, cordial qui jouait souvent au football avec les jeunes du quartier". La famille du jeune homme n'a pas fait le déplacement car "elle n'en a pas eu le courage", rapportent les organisateurs.

Si l'heure est aujourd'hui au recueillement, la sérénité est loin d'être revenue dans ce quartier de Nantes. Les habitants témoignent d'un certain "abandon" et certains ont même regretté qu'aucun élu local ne soit présent lors de la marche blanche.

Le policier ayant tué le jeune homme de 22 ans ce mardi à Nantes a été placé en garde à vue ce jeudi vers 12h40 par la police des polices pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner". Les policiers ont encore besoin de révéler plusieurs zones d'ombres, notamment savoir si des personnes se trouvaient ou non à l'arrière du véhicule lorsque celui-ci a reculé.

Depuis mardi, des émeutes ont éclaté dans ce quartier de Nantes. Des habitations, du mobilier urbain ou encore des voitures ont été incendiés. 19 personnes ont été interpellées et 11 placées en garde à vue, dont quatre mineurs, a précisé Edouard Philippe jeudi matin.

Jeanne Bulant