BFMTV

Mort de Maëlys: les zones d'ombre de Nordahl Lelandais

Si Nordahl Lelandais a avoué avoir tué "accidentellement" Maëlys, disparue depuis fin août, et que des ossements ont été retrouvés mercredi, les circonstances de la mort de la fillette sont encore inconnues.

Alors que Nordahl Lelandais a avoué mercredi, après six mois de silence, avoir tué Maëlys, la fillette de 9 ans disparue fin août à Pont-de-Beauvoisin en Isère lors d'une fête de mariage, des zones d'ombre subsistent. Malgré les indications du suspect qui ont permis de retrouver une partie du corps de la fillette, les circonstances de sa mort restent inconnues.

La recherche du corps

Mercredi, à l'issue des recherches rendues difficiles par la neige, les gendarmes ont finalement découvert le crâne et un os appartenant à Maëlys. Des chiens spécialisés dans la recherche des restes humains ont été dépêchés sur place et un laboratoire mobile ainsi qu'une vingtaine d'experts de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale ont été déployés. Les ossements ont été retrouvés dans un ravin, dans les gorges escarpées de Chailles, près du village de Saint-Franc en Savoie, un endroit reculé. L'avocat de Nordahl Lelandais a précisé que le corps de la petite fille avait été "abandonné, pas enterré". 

Mais ils n'ont pas retrouvé l'intégralité de son corps. L'ancien maître-chien a expliqué avoir dans un premier temps déposé le corps de la fillette non loin de la maison de ses parents à Domessin avant de retourner au mariage puis de revenir et de le déplacer environ une heure plus tard. De nouvelles recherches doivent avoir lieu ce jeudi. Les enquêteurs vont chercher à savoir si le corps a été simplement déposé ou déplacé, si une arme se trouve à proximité.

Les circonstances de la mort

  • L'ex-militaire âgé de 34 ans n'a pas livré les circonstances de la mort de Maëlys, expliquant simplement que son décès était "accidentel".

"Nordahl Lelandais a refusé de s'expliquer pour l'instant sur la façon dont cette mort, involontaire selon lui, a eu lieu, a indiqué Jean-Yves Coquillat, le procureur de la République de Grenoble, lors d'une conférence de presse. Il a indiqué qu'il souhaitait d'abord que le corps de Maëlys soit retrouvé et qu'il s'expliquerait ultérieurement."

C'est également ce qu'a déclaré l'avocat du suspect. "Il sera entendu prochainement sur les circonstances dans lesquelles cette mort est intervenue. J'ai la conviction qu'il y contribuera pleinement", a déclaré Alain Jakubowicz.

Les analyses des ossements

La découverte du corps de l'enfant va certainement permettre de faire progresser l'enquête. C'est ce qu'explique pour BFMTV Jacques Morel, général de gendarmerie.

"Les ossements qui ont été retrouvés vont faire l'objet d'analyses par des médecins légistes et les constations qui seront faites sur ces ossements peuvent aussi permettre, en fonction des fractures et autres, comprendre ce qui a pu se passer."

Une reconstitution aura prochainement lieu.

C.H.A. avec Annabelle Rouleau