BFMTV

Marseille: mise en examen d'un collégien présumé incendiaire

Des pompiers luttent contre un incendie entre Aubagne et Carnoux-en-Provence, le 19 août 2017.

Des pompiers luttent contre un incendie entre Aubagne et Carnoux-en-Provence, le 19 août 2017. - Bertrand Langlois - AFP

Un collégien de 14 ans a été mis en examen ce jeudi soir pour "destruction par incendie". Il a avoué en garde à vue avoir allumé près de 20 foyers cet été, qui ont détruit près de 300 hectares de végétation.

Un adolescent de 14 ans, interpellé mardi soir, a été mis en examen ce jeudi pour "destruction par incendie", transmet l'AFP selon des sources policières. Il a reconnu être à l'origine de plusieurs incendies survenus près de Marseille cet été, dont un qui avait bloqué 3 000 passagers dans les gares de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur en août.

Originaire d'Aubagne, à une vingtaine de kilomètres à l'est de la cité phocéenne, le garçon a été pris en flagrant délit mardi soir par la sûreté départementale, alors qu'il était en train d'allumer un incendie dans sa commune. L'adolescent s'est rendu sans résistance aux forces de l'ordre.

Cette arrestation est le résultat de plusieurs semaines d'une enquête menée conjointement par des policiers, l'Office national des forêts et les pompiers.

Près de 300 hectares de végétation détruits

En garde à vue, le jeune homme, "fasciné par les pompiers" et qui n'avait aucun antécédent judiciaire selon une source proche de l'enquête, a avoué avoir allumé au cours de l'été près de 20 foyers qui ont provoqué l'incendie de près de 300 hectares de végétation au total, entre fin juin et mi-septembre.

Il avait surtout mobilisé les forces de plus de 600 pompiers le samedi 19 août en déclenchant un incendie entre Carnoux-de-Provence et Aubagne, qui avait ravagé 240 hectares de végétation. Cet incendie avait provoqué une interruption du trafic ferroviaire et bloqué plus de 3 000 personnes dans les gares de Marseille, Nice et Toulon.

L'enquête devra notamment déterminer si l'incendiaire a agi seul, et une analyse psychiatrique était déjà en cours jeudi pour tenter de préciser les raisons de son passage à l'acte.

Le jeune homme risque quinze ans de réclusion criminelle. Le procureur de la République de Marseille a requis son placement en détention provisoire, a-t-il annoncé au cours d'une conférence de presse.

S.Z et L.A., avec AFP