BFMTV

Marc Machin acquitté à l'issue de son procès en révision

Marc Machin devient la huitième personne en France depuis la Seconde Guerre mondiale à être acquittée d'un crime à l'issue d'une procédure de révision.

Marc Machin devient la huitième personne en France depuis la Seconde Guerre mondiale à être acquittée d'un crime à l'issue d'une procédure de révision. - -

Il devient la huitième personne en France depuis la Seconde Guerre mondiale à être acquittée d'un crime à l'issue d'une procédure de révision.

Marc Machin, 30 ans, a été acquitté jeudi par la Cour d'assises de Paris à l'issue de son procès en révision, après avoir vu sa condamnation pour meurtre annulée en 2010 car le véritable auteur du crime s'était dénoncé.

Voici sa réaction après l'annonce de son acquittement:

Marc Machin devient la huitième personne en France depuis la Seconde Guerre mondiale à être acquittée d'un crime à l'issue d'une procédure de révision.

>> Lire aussi : Des aveux au coeur de l'audience

La réaction du père de Marc Machin:

"Redonnez-lui sa dignité"

"Effectivement j'ai un passé chaotique, douloureux, fissuré. J'ai commis des choses dont je suis honteux", avait déclaré cet homme juste avant que la cour d'assises ne se retire pour délibérer.

"J'ai vraiment envie de m'en sortir", a-t-il ajouté, "je vais tout mettre en oeuvre pour aller de l'avant".

"Parce que vous n'avez plus aucun doute sur son innocence, vous acquitterez Marc Machin", avait déclaré jeudi matin l'avocate générale, Maryvonne Caillibotte. "La Cour de révision lui a redonné sa liberté, redonnez-lui sa dignité".

Sept années de détention pour un innocent

Marc Machin a passé près de sept ans en prison pour le meurtre à coups de couteau de Marie-Agnès Bedot, commis le 1er décembre 2001 sur le pont de Neuilly (Hauts-de-Seine).

>> Lire aussi : Procès Machin : "c’est long, c’est pesant"

En mars 2008, un SDF de 33 ans, David Sagno, s'était accusé des meurtres de Marie-Agnès Bedot et d'une autre femme, commis au même endroit en 2002, alors que Marc Machin était en détention provisoire.

David Sagno avait donné des détails précis sur les crimes et son ADN avait été retrouvé sur les deux victimes. En février 2012, il a été condamné à trente ans de réclusion criminelle.