BFMTV

Procès Machin : "c’est long, c’est pesant"

Marc Machin, lundi 17 décembre, lors de son procès en révision à la cour d'assise de Paris.

Marc Machin, lundi 17 décembre, lors de son procès en révision à la cour d'assise de Paris. - -

Marc Machin comparaît ce lundi à son procès en révision aux assises de Paris, après avoir passé près de sept ans en prison pour un meurtre commis par un autre. Il a dit attendre "ardemment" une "reconnaissance éclatante de son innocence".

Ce procès, "je l'attendais avec impatience depuis longtemps", a déclaré Marc Machin, tendu, devant la presse à la suspension d'audience de mi-journée, lundi matin. Condamné à tort pour le meurtre de Marie-Agnès Bedot, une mère de famille de 45 ans tuée à coups de couteau au Pont de Neuilly, le 1er décembre 200, l'homme, âgé aujourd'hui de 30 ans, comparaît devant la cour d'assise de Paris en révision de son procès.

En mars 2008, un SDF de 33 ans, David Sagno, s'était accusé des deux meurtres du Pont de Neuilly. En février 2012, il a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle.

La procédure de révision de sa condamnation enclenchée, Marc Machin est sorti de prison le 7 octobre 2008. En avril 2010, la Cour de révision a annulé sa condamnation et ordonné un nouveau procès, destiné à le blanchir définitivement.

"C'est tout le système qui est en cause"

"Depuis les rebondissements de l'affaire et la vérité qui a éclaté sur l'erreur judiciaire, ça fait quand même quatre ans. C'est long, pesant, après c'est la procédure de la justice donc il faut respecter cela", a-t-il dit, soulignant : "J'attends une reconnaissance éclatante de mon innocence, et ardemment".

Présent à l’audience, son père a pointé du doigt les erreurs commises "de part et d’autre". "Les erreurs, ça arrive, mais il faut qu’elles soient reconnues", a-t-il déclaré à son arrivée au tribunal. "Il y a eu des erreurs de part et d’autres. Il ne faut pas reporter les erreurs spécialement sur la brigade criminelle comme on fait depuis le départ", a-t-il déclaré. Et de fustiger tout d’un bloc le juge d’instruction et les cours d’assises : "Mon fils a été condamné deux fois aux assises. C’est tout le système qui est en cause."

Prévu pour durer cinq jours, le procès pourrait s’achever plus tôt, a affirmé la présidente de la cour d’assise.

>> Lire aussi notre article : Procès : levée de rideau pour Marc Machin

Thomas Roure