BFMTV

Le Mans: un routier avait trafiqué son boîtier de contrôle pour rouler plus longtemps

Un agent de la Dreal et un gendarme sur le points de contrôler un semi-remorque - Image d'illustration

Un agent de la Dreal et un gendarme sur le points de contrôler un semi-remorque - Image d'illustration - Sébastient Bozon - AFP

La stratagème lui permettait de poursuivre sa route alors que l'appareil de contrôle enregistrait un temps de repos.

Sur les autoroutes françaises, il n'est pas rare que policiers et gendarmes découvrent que certains chauffeurs routiers ont dépassé, parfois largement, leur temps légal de conduite. En septembre dernier, un routier grec avait par exemple été surpris avec en sa possession 28 disques différents, ces outils qui permettent de justifier le temps passé au volant. Des agissements sévèrement punis, et qui mettent en péril l'activité des transporteurs hexagonaux. 

Comme le signale 20 Minutes, qui reprend une information émanant de la préfecture des Pays-de-la-Loire, les agents de la Dreal (Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) ont surpris, la semaine passée à proximité du Mans, un routier en flagrant délit de dépassement de temps de conduite autorisé.

Dispositif déclenché par une clé USB

Ainsi, les officiers se sont aperçus que le chronotachygraphe, le boîtier de contrôle, avait été trafiqué afin de permettre de "circuler tout en enregistrant un temps de repos." 

"Une puce avait été remplacée, une déviation avait été créée. Le conducteur utilisait le dispositif en l’activant avec une clé USB, ce qui neutralisait les informations de vitesse transmises au chronotachygraphe, et avait pour conséquence l’enregistrement de périodes de repos fictives", détaille la préfecture. 

L'entreprise, d'origine polonaise, a été condamnée à payer la somme de 3.000 euros en guise de consignation au tribunal de grande instance de la ville mancelle. Le véhicule a également dû être remis en état. De plus, les dirigeants de la société risquent jusqu'à 30.000 euros d'amende et une année d'emprisonnement. 

Hugo Septier