BFM Business

Grève: FO et la CGT ont-ils les moyens de mobiliser les routiers?

Selon FO, la grève de dimanche sera très dure. Avec la CGT, les deux syndicats représentent près de 50% du secteur.

Selon FO, la grève de dimanche sera très dure. Avec la CGT, les deux syndicats représentent près de 50% du secteur. - Franck Perry - AFP

La CGT et FO appellent leurs adhérents dans le transport routier à se mettre en grève dès dimanche soir. A eux deux, ces syndicats pèsent près de 50% du secteur, soit bien plus que la CFDT.

Au début du mouvement des gilets jaunes, la CFDT Transport a lancé un appel au dialogue avec le gouvernement. Pour la CGT et FO le temps n'est pas à la discussion. Elles ont lancé un appel à la grève qui démarrera dès dimanche soir. Ensemble, ces deux organisations pèsent 48,29% des salariés syndiqués du secteur du transport avec respectivement 27,12% et 21,17%. Réunies ces deux organisations pèsent plus lourd que la CFDT, premier syndicat de transport routier du pays, qui affiche 32,5% du secteur. Cette grève sera "dure" espère Bruno Lefebvre, secrétaire général adjoint de la branche transports de FO. "Sur le terrain, nos adhérents sont très remontés", nous assure le représentants des routiers. 

Par contre, FO réfute tous liens avec les gilets jaunes. "Nous les soutenons sur le pouvoir d’achat, mais cet appel à la grève n’est pas directement lié à leur combat, d’autant qu’ils ne veulent pas en leur sein de syndicats ou de partis politiques", indique le responsable de FO en précisant que cette action est menée "en parallèle". Les deux syndicats s'élèvent contre l’annulation par le Conseil d'Etat du décret sur les heures supplémentaires qui avait fait l’objet de négociations en 2016. Pour la CGT, Le 28 novembre 2018, "cette décision du Conseil d’État risque d’avoir des répercussions négatives sur notre pouvoir d’achat". "Ce n’est pas notre faute si cette annonce est tombée le 28 novembre en plein mouvement des gilets jaunes", lance Bruno Lefebvre.

Le syndicaliste assure que "cette grève durera tant que le gouvernement ne sera pas revenu sur cette annulation". De son côté, la CGT à des journées d’actions à partir du 14 décembre 2018 sur l’ensemble du territoire. Dans un communiqué, elle réclame "une augmentation immédiate des salaires, des pensions et de la protection sociale!" 

Le ministère des Transports réfute totalement tout revirement sur les heures supplémentaires. "Les deux organisations syndicales concernées prennent un mauvais prétexte pour lancer un appel à une grève qui n’a aucune raison d’être", a répliqué Elisabeth Borne dans un courrier adressé aux deux syndicats. "Il n’y aura aucun changement sur les heures supplémentaires, comme les syndicats le savent bien". La ministre rappelle aussi que cette décision du Conseil d’Etat "ne change rien en pratique" et ne remet pas en cause "les taux de majoration actuels".

Le gouvernement tente d'apaiser la situation. Une réunion aura lieu jeudi au ministère des Transports entre les syndicats CFDT, CGT, FO, CFTC et CFE-CGC du transport routier et la ministre Élisabeth Borne.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco