BFMTV

Le manifestant violenté le 1er mai par Benalla est-il fiché par plusieurs services européennes?

Alexandre Benalla le 1er mai place de la Contrescarpe

Alexandre Benalla le 1er mai place de la Contrescarpe - AFP

Le jeune homme aurait été classé comme "anarchiste" par les services de renseignements grecs.

Georgios Delikaris, le jeune homme qui avec sa compagne avait été violenté par Alexandre Benalla lors des manifestations du 1er mai place de la Contrescarpe, a-t-il tout dit?

Le Journal du Dimanche daté de ce jour révèle que ce cuisinier grec de 29 ans aurait pu avoir des liens avec des mouvements d'ultra-gauche par le passé. Selon des éléments des services de renseignements grecs, le jeune homme figurerait dans leurs fichiers, classé comme "anarchiste" pour ses relations avec des groupuscules allemands clandestins.

Soupçonné par d'autres pays

De plus, il serait également soupçonné par la police antiterroriste espagnole pour son implication présumée dans des actions illicites en Catalogne et par les services de renseignements chiliens, pour des raisons qui n'ont pas été communiquées.

"On essaie de lui coller cette étiquette mais ce n'est pas vrai. (...) Il n'a aucun engagement idéologique. Il peut avoir des copains qui en ont, mais ça ne permet pas de le mettre en cause" souligne son avocat, Me Sahand Saber, interrogé par l'hebdomadaire dominical. 

Dans le cadre l'enquête qui vise Alexandre Benalla, Georgios Delikaris s'est porté partie civile. Lors de ses auditions, il avait toujours réfuté être présent place de la Contrescarpe pour manifester. Aux policiers, il avait affirmé vouloir "manger une crêpe" avec sa compagne.

Hugo Septier