BFMTV

L'avocat d'Adèle Haenel explique pourquoi elle a décidé de porter plainte contre Christophe Ruggia

Début novembre, l'actrice Adèle Haenel avait dans un premier temps laissé entendre qu'elle ne porterait pas plainte contre le réalisateur Christophe Ruggia, qu'elle accuse de harcèlement sexuel et d'attouchements. Finalement, elle a décidé de déposer plainte mardi après avoir été auditionné.

Adèle Haenel a finalement décidé de porter plainte. Il y a trois semaines, l'actrice française avait révélé à Mediapart qu'elle avait été victime de harcèlement et d'attouchements de la part du réalisateur Christophe Ruggia lorsqu'elle avait entre 12 et 15 ans. 

L'actrice césarisée avait cependant refusé de porter plainte, et avait décidé d"ignorer la justice", expliquant que les femmes victimes de violences sexuelles étaient ignorées par la justice française. Mais le parquet de Paris a décidé, quelques jours après, d'ouvrir une enquête. Adèle Haenel a été auditionnée mardi par la police, et a annoncé dans la foulée sa décision de porter plainte.

Une audition de 12 heures

"Je crois que ce processus est à la fois classique et cohérent", a déclaré ce mercredi soir sur notre antenne l'avocat de l'actrice, Yann Le Bras. "Il est régulier que les victimes s'épanchent auprès de tiers, et il est cohérent parce qu'il est de sa responsabilité de justiciable et de personnage public, à partir du moment où il a partagé des faits qui sont graves, de se rendre dans le processus judiciaire de façon pleine et entière". 

"Lors de cette audition qui a été relativement longue puisqu'elle a duré 12 heures, nous avons fourni un certain nombre d'éléments qui vont permettre aux enquêteurs de faire leur travail", a ajouté Me Yann Le Bras, précisant qu'il espérait que ce procès soit "aussi professionnel, complet, impartial et irréprochable" que possible, afin de "permettre de continuer à libérer la parole des femmes comme c'est le cas depuis un ou deux ans déjà". 

"Ce sont les dénégations de Christophe Ruggia qui lui imposent de ne pas laisser planer de doute, et de se servir de l'outil judiciaire qui s'est ouvert avec l'enquête du parquet pour aller s'expliquer de manière contradictoire", a poursuivi l'avocat sur notre antenne.

Adèle Haenel avait déclaré mi-novembre, via le communiqué de ses avocats, "que cette affaire participera au développement d'un système judiciaire plus apte à les accompagner dignement et à recevoir leurs écrits sur des faits difficiles à dénoncer et à faire juger". La comédienne a dit avoir été "choquée" par le démenti puis le droit de réponse adressé par Christophe Ruggia à Mediapart le 6 novembre dernier. En parallèle de ses dénégations, le réalisateur des Diables a demandé "pardon" à l'actrice. 

Jeanne Bulant