BFMTV

Jawad Bendaoud: "Je présente mes excuses à toutes les familles de victimes"

DOCUMENT BFMTV. Relaxé après avoir été accusé d'avoir hébergé deux terroristes impliqués dans les attentats de Paris et Saint-Denis, Jawad Bendaoud a tenu a présenté ses excuses dans un entretien exclusif accordé à BFMTV. Dans l'attente de son procès en appel, il évoque sa nouvelle vie qu'il voit "dans la réinsertion".

Relaxé en février des faits de recel de malfaiteurs terroristes après avoir été accusé d’avoir hébergé deux terroristes liés aux attentats du 13 novembre 2015, Jawad Bendaoud évoque sa nouvelle vie. Au micro de BFMTV, il tient à "demander pardon".

"Je présente mes excuses à toutes les familles des victimes. Car même si je n’ai jamais voulu être lié à cette affaire, j’y serai lié toute ma vie. Ca me colle à la peau et ça me collera toujours. Mais je voudrais juste leur dire que, pour moi, je n’ai jamais eu en face un individu qui faisait partie d’un commando terroriste ou qui venait de Syrie ou quoi que ce soit. Pour moi, j’avais le frère de l’ami de mon ami. Je ne connaissais pas l’identité des individus que j’ai hébergés. […] Je veux que les familles des victimes le sachent", confie le jeune homme de 31 ans dans une interview accordée à BFMTV*.

"Il y en a plein qui n’accepteront pas mon pardon puisque, pour eux, je suis vraiment lié alors que j’ai jamais été lié à cette affaire", martèle Jawad Bendaoud, comprenant néanmoins "qu’ils aient une haine contre (lui)".

"La suite, je la vois calme"

Désormais, celui qui est devenu un personnage médiatique va "essayer de vivre sa vie du mieux possible", dans l'attente du procès en appel. "La suite, je la vois calme, sans vague, avec mon fils, en réglant les problèmes que j’avais avant l’incarcération. Je la vois dans la réinsertion", témoigne-t-il.

Éloigné de la région parisienne, Jawad Bendaoud raconte ne pas sortir "beaucoup" de chez lui, sauf "pour des trucs utiles comme sortir le chien, faire les courses, aller à la banque ou faire des papiers". "Je ne sortirai pas pour aller boire un verre avec quelqu’un dans un endroit où il y a du monde. […] Je reste vraiment discret", ajoute-t-il.

Et Jawad Bendaoud de conclure: "J’essaie de me remettre dans le bain, comme quelqu’un qui était en apnée et qui sortait la tête de l’eau. Il faut qu’il reprenne son souffle. Moi, je reprends mon souffle".

*L'interview est à voir dans son intégralité à partir de 22 heures ce 7 mars, sur BFMTV.

P.L