BFMTV

"J'ai entendu un gros boum": le récit d'un maire agressé à son domicile après avoir affiché son soutien à Macron

Le maire MoDem a été menacé de mort et deux de ses véhicules incendiés dans la nuit de lundi à mardi tandis qu'un tag "Zemour [sic] président" a été peint sur le mur de sa maison.

Un maire MoDem de la Manche a été menacé de mort et deux de ses véhicules incendiés dans la nuit de lundi à mardi tandis qu'un tag "Zemour [sic] président" a été peint sur le mur de sa maison.

"Le maire soutien Macron" et "à mort" ont également été inscrits sur les murs de Bernard Denis, 65 ans, maire délégué Modem de Saint-Côme-du-Mont, commune rattachée à Carentan-les-Marais (Manche).

Une voiture au gaz aurait pu "exploser"

"J'ai entendu un gros boum, ça m'a fait sursauter. Je me suis levé et c'est là qu'en regardant par la fenêtre de la salle de bain, j'ai vu que le garage était en flammes (...) il y avait même beaucoup beaucoup de feu", relate l'élu sur notre antenne.

"Je me suis vite habillé, je suis descendu, il y avait un troisième véhicule, je suis monté dedans et je l'ai sorti. Ce que je n'aurais peut-être pas dû faire", convient Bernard Denis avant d'ajouter au micro de BFMTV que la voiture est "à gaz" et aurait donc pu "exploser".

Comité de soutien à Emmanuel Macron

L'élu, qui fait pour la première fois l'objet de menaces, dit avoir également constaté, après le dépôt de sa plainte, des vols sur le chantier où il est en train de construire une deuxième maison.

"Si c'est réellement à cause de ma position politique, c'est très très grave", a-t-il déclaré. "Lundi 29 [novembre, NDLR] on a fait une réunion à Saint-Côme-du-Mont pour créer le comité de soutien à Emmanuel Macron. On était une vingtaine. Et il y a eu des articles où mon nom est sorti", a expliqué le maire.

Enquête en cours et soutiens politiques

"Une enquête de flagrance a été ouverte des chefs de destructions volontaires par moyens dangereux", a indiqué le procureur de la République de Coutances, Cyril Lacombe.

Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a apporté "tout son soutien" à Bernard Denis, de même que le MoDem. De très nombreux élus normands ont également dénoncé cette nouvelle agression d'élu.

"Jamais la violence ne se justifie. Ceux qui, par leur haine, portent atteinte à notre démocratie sont loin d'être la France: ils sont le pire", a écrit Christophe Castaner, chef des députés LaRem à l'Assemblée nationale.

Diane Regny