BFMTV
Police-Justice

Hommage national à Xavier Jugelé: "Votre chagrin est le chagrin de la République", assure François Hollande

Le président de la République, qui a présidé l'hommage national à Xavier Jugelé, a appelé ses potentiels successeurs à préserver la fonction publique de la police et à débloquer des moyens.

L'instant était solennel. Une nouvelle fois, le président de la République a présidé une cérémonie en hommage à une victime du terrorisme, Xavier Jugelé, gardien de la paix tué jeudi soir dans l'exercice de ses fonctions sur les Champs-Elysées. Dans la cour de la préfecture de police de Paris, François Hollande, suivi du Premier ministre et du ministre de l'Intérieur, a passé en revue les troupes. "De nouveau, la République a perdu un de ses gardiens parmi les plus valeureux", a débuté le chef de l'Etat.

"Des paliers sont un à un franchis dans la violence à laquelle policiers et gendarmes sont confrontés, a déploré François Hollande. Ils sont devenus des cibles."

"Héros du quotidien"

Dans un discours louant le travail des forces de l'ordre, le président de la République a assuré que les policiers et les gendarmes étaient "les remparts de la démocratie". Revenant sur l'attaque de jeudi dernier sur les Champs-Elysées, il a exprimé tout son soutien aux collègues de Xavier Jugelé. "Ils ont fait face à un terroriste prêt à tout pour accomplir un massacre, a-t-il rappelé. Par leur sang-froid, ils ont avancé sous le feu et sont parvenus à le neutraliser sans dommage pour la foule."

"Je veux dire au nom de la nation que nous partageons votre tristesse immense et votre colère, a insisté le chef de l'Etat. Votre chagrin est le chagrin de la République."

Parlant du capitaine Xavier Jugelé, le président de la République, comme d'"un héros du quotidien", il a assuré que ce dernier "défendait des valeurs, les lois républicaines". "Elles ont guidé toute sa vie, a-t-il insisté. C'est pour sauvegarder la liberté que Xavier s'est engagé dans les forces de l'ordre." Et d'ajouter: "La France a perdu l'un de ses fils les plus braves." Détaillant le parcours sans faute du policier abattu, le chef de l'Etat a parlé d'un homme "courageux", "toujours disponible", "soucieux de bien servir".

"C'était un policier conscient de sa mission, un citoyen engagé dans de multiples causes (...), a soutenu François Hollande. Qu'il repose en paix, nous ne l'oublierons jamais."

Message à Macron et Le Pen

L'hommage à Xavier Jugelé a été l'occasion pour le président de la République sur le départ de livrer ses conseils à ses deux potentiels successeurs, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, tous deux présents dans la cour de la Préfecture de police de Paris. "Aux élus présents qui auront à décider pour demain, je leur demande de consacrer les ressources budgétaires nécessaires" aux forces de l'ordre. "Il faut leur fournir les moyens qui leur permettront d'agir encore plus efficacement", a-t-il poursuivi.

Et de conclure dans un appel à tous les citoyens: "Soutenez les policiers, ils ont le droit à notre estime, à notre solidarité, à notre admiration face au danger."

Justine Chevalier