BFMTV

Policier tué sur les Champs-Elysées: un hommage national rendu à Xavier Jugelé

Xavier Jugelé venait d'être accepté à la police judiciaire de Paris.

Xavier Jugelé venait d'être accepté à la police judiciaire de Paris. - Capture BFMTV

Un hommage national est rendu à partir de 11 heures à Xavier Jugelé dans la cour de la préfecture de police de Paris. Le policier tué jeudi dernier lors de l'attaque sur les Champs-Elysées va être décoré de la Légion d'honneur à titre posthume et sera promu capitaine.

Il devait s'agir de l'une de ces dernières missions au sein de la 32e compagnie de la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police de Paris. Xavier Jugelé venait d'être accepté au sein de la police judiciaire. "Le mois prochain, il devait être dans un service dont il rêvait, hors du terrain, où il ne lui serait jamais rien arrivé", confie un de ses proches. Un destin brisé jeudi dernier lors de l'attaque sur les Champs-Elysées, le policier est abattu de deux balles dans la tête. Un hommage national lui est rendu ce mardi.

A partir de 11 heures, le président de la République va présider une cérémonie dans la cour de la préfecture de police de Paris, sur l'île de la Cité, en présence de la famille de Xavier Jugelé et de ses proches. Les deux finalistes à la présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ont aussi été conviés. Tout comme l'ancien président Nicolas Sarkozy, les anciens Premier ministre Manuel Valls, Jean-Marc Ayrault, Jean-Pierre Raffarin, de nombreux membres du gouvernement, des parlementaires de droite et de gauche ou d'anciens préfets. Des syndicats de police ont appelé à un rassemblement sur le parvis de Notre-Dame de Paris.

"Aujourd’hui, Xavier a fait son devoir, il est tombé sur les Champs-Elysées, déplore Johanna Primevert, la porte-parole de la préfecture de police. La nation, les particuliers, mais aussi les policiers, ont à cœur de lui rendre hommage et de lui montrer leur admiration pour ce qu’il a fait."

L'allocution de son conjoint

Après le traditionnel honneur au drapeau, François Hollande, accompagné du Premier ministre et du ministre de l'Intérieur, passera en revue l'ensemble des troupes de la préfecture de police de Paris. Les 130 collègues de Xavier Jugelé appartenant à la 32e compagnie de la DOPC, qui se sont donnés rendez-vous mardi à 10 heures à leur commissariat du XIVe arrondissement pour un départ commun, porteront la tenue d'honneur blanche. De nombreuses délégations de police étrangères, comme le FBI, le NYPD, la police new-yorkaise, des policiers belges ou encore néerlandais, seront présentes pour leur apporter leur soutien.

Après l'arrivée du cercueil, le conjoint de Xavier Jugelé doit prendre la parole lors d'une courte allocution. Le chef de l'Etat prendra la suite avec un éloge funèbre avant de décorer le policier tué jeudi dernier de la Légion d'honneur à titre posthume. Au même moment, un hommage solennel sera rendu dans la cour de l'hôtel de ville de Romorantin, sa ville, où il sera observé une minute de silence. Ses obsèques seront célébrés à 17 heures dans cette commune du Loir-et-Cher. 

Présent le soir du 13-Novembre

Agé de 37 ans, Xavier Jugelé était pacsé avec son conjoint depuis quatre ans. D'abord gendarme, il était devenu policier en 2010. "Je garde en mémoire quelqu'un d'impliqué, de proche des gens, qui aime parler, qui aime échanger", se souvient Mickaël Bûcheron, policier à Paris. Le fonctionnaire s'était rendu en Grèce il y a peu pour participer à Frontex et venir en aide aux migrants qui traversent la Méditerranée. 

Xavier Jugelé avait déjà été confronté au terroriste. Au soir du 13 novembre 2015, il était appelé, comme ses collègues dont la mission habituelle est le maintien de l'ordre, la protection des personnalités ou la surveillance des bâtiments, au Bataclan pour sécuriser les lieux. Le policier était d'ailleurs présent le 16 novembre dernier pour le concert de Sting à l'occasion de la réouverture de la salle de concert. Jeudi dernier, il faisait une pause sur le siège passager du fourgon de police quand Karim Cheurfi a tiré dans sa direction. Il a reçu deux balles en pleine tête. "Il y a un peu plus d’une semaine, se souvient un de ses collègues, on fêtait son départ de la compagnie".

Justine Chevalier