BFMTV

Attaque des Champs-Elysées: la femme d'un policier intervenu témoigne

DOCUMENT RMC – Cibles récurrentes des terroristes, les policiers sont en première ligne. La compagne de l'un d'eux, intervenu quelques minutes seulement après l'attaque des Champs-Elysées jeudi soir, a accepté de raconter à RMC l'angoisse dans laquelle elle vivait ce soir-là.

Quelques minutes avant 21 heures jeudi soir, un homme a ouvert le feu sur un camion de police stationné sur les Champs-Elysées, à Paris. A plusieurs kilomètres de la plus belle avenue du monde, la compagne d'un policier en intervention dans le secteur découvre les événements par la télévision, et apprend la mort d'un membre des forces de l'ordre.

Très angoissée, elle est restée sans nouvelles de son conjoint pendant cinq heures. "Je tournais en rond, je me dis que c'était peut-être lui. J'ai envie d'appeler mes parents, mais en même temps je n'ai pas envie de parler. J'avais envie de vomir", explique-t-elle.

Aux alentours de deux heures du matin, elle reçoit finalement un message de son compagnon, qui rentre à la maison environ une heure plus tard. Soulagée, elle apprend qu'il a été un des premiers policiers à apporter son aide à l'un des deux blessés, touché au pied.

"Il rentre vers 3 heures du matin, je le serre fort dans mes bras, je sais qu'il a vu l'assaillant mort. Dans la nuit, il était très turbulent. Il a beaucoup bougé, il a parlé à plusieurs reprises", raconte-t-elle, inquiète de voir son compagnon retourner travailler le lendemain.

Ne pas céder à la panique

Dimanche, son conjoint sera en charge de la sécurité des élections. Âgée de seulement 23 ans, la jeune femme a appris à vivre sans céder à la panique. "Il ne faut pas que je commence à m'angoisser à chaque fois qu'il part, sinon ce ne sera plus vivable", considère-t-elle.

Ce samedi, elle participera à la manifestation des femmes de force de l'ordre organisée sur le Champ de Mars à Paris, pour dénoncer les conditions de travail, le manque de considération et de moyens des forces armées.

F. H. avec Marion Dubreuil, Pierre Gallaccio et Elisa Trannin