BFMTV

Héritage de Johnny: les biens gelés, pas de droit de regard sur l'album

Le tribunal de Nanterre interdit à Laeticia Hallyday de vendre les villas de Marnes-la-Coquette et de Saint-Barthélémy. La justice rejette toutefois la demande de Laura Smet et David Hallyday de pouvoir écouter l'ultime album de leur père.

La fin d'un premier acte judiciaire. Le tribunal de Nanterre a rendu son ordonnance ce vendredi sur les demandes de Laura Smet et David Hallyday concernant l'héritage de leur père. La chambre des référés a ordonné le gel du patrimoine immobilier français de Johnny Hallyday. Elle a toutefois débouté les deux aînés dans leur volonté d'avoir un droit de regard sur l'ultime album de leur père estimant que ce dernier avait validé les conditions de sortie de cet opus.

"Il est établi par les nombreuses pièces produites pas la société Warner que Jean-Philippe Smet a fixé les conditions dans lesquelles l'album devait être enregistré (...), approuvé les choix des musiciens intervenant lors des sessions d'enregistrement, manifestement validé le 22 novembre 2017 les enregistrements déjà réalisés à cette date pour qu'ils soient inclus dans l'album à paraître (...)", écrit la chambre des référés du tribunal de Nanterre dans son ordonnance.

La justice estime donc qu'il n'y a aucun risque de dissolution du patrimoine artistique du chanteur avec la sortie de l'album. Une décision qui satisfait la défense de Laeticia Hallyday. "La volonté de Johnny Hallyday a donc été respectée par le Tribunal", a indiqué dans un communiqué Me Ardavan Amir-Aslani, qui se réjouit également que la décision de justice ne porte que sur les actifs français du chanteur. "Laeticia Hallyday n'ayant ni la volonté de céder ces biens, ni le pouvoir de céder ces biens", poursuit le conseil. 

Gel des biens immobiliers français

Laura Smet et David Hallyday ont assigné en justice Laeticia Hallyday après avoir découvert être exclu du testament de leur père. Lors d'une première audience, en mars, la justice avait réclamé à l'épouse du chanteur décédé de fournir des informations concernant le trust constitué par l'artiste de son vivant qui gère son patrimoine. Ainsi le tribunal de Nanterre interdit à Laeticia Hallyday de vendre ou de disposer de la propriété de Marnes-la-Coquette, en région parisienne, et de la villa de Saint-Barthélémy.

"(...) en l'absence d'information sur la consistance exacte de l'actif successoral, les demandeurs (Laura Smet et David hallyday, NDLR) justifient du risque réel de transfert de tous les biens du défunt au profit du JPS Trust soumis à la loi californienne (...) les privant quasiment de toute chance de recouvrer la part successorale à laquelle ils pourraient prétendre", rappelle la justice qui ne prend pas les même mesures pour la villa de Los Angeles dans laquelle Laeticia Hallyday dit vivre avec ses deux filles pour ne pas provoquer de "conséquences excessives et disproportionnées".

Par ailleurs, la chambre des référés du tribunal de Nanterre prononce la mise sous séquestre les revenus tirés des chansons interprétées par Johnny Hallyday et celle des droits d'auteur "perçus au titre de l'exploitation des oeuvres de Jean-Philippe Smet". Les sommes provenant des maisons de disque ne sont pas concernées par cette mise sous séquestre qui n'avait pas été demandée par Laura Smet et David Hallyday. Ces revenus reviendront donc à l'épouse du chanteur défunt.

Justine Chevalier