BFMTV

Groupuscule d'ultradroite AFO: le profil des mis en examen se précise

Interpellés le week-end dernier, les 10 membres du groupuscule suspectés de préparer "un passage à l'acte violent" ont été mis en examen jeudi.

Qui sont les membres de l'AFO, ce groupuscule de l'utradroite radicale soupçonné de vouloir s'en prendre à des musulmans sur le sol français? Jeudi, 10 membres suspectés de préparer "un passage à l'acte violent" ont été mis en examen

Sur les 10 personnes interpellées, 4 ont été placées en détention provisoire, 4 sont sous contrôle judiciaire et 2 sont provisoirement incarcérées. Le profil de deux d'entre eux, interpellés en Corse, se précise. 

Selon nos informations, l’un d'eux est âgé d’une soixantaine d’années. Il s'agit d'un restaurateur a priori pas du tout politisé, aux dires de son avocat. Il n'a pas d'antécédents judiciaires. Il est soupçonné d’avoir voulu fournir une arme à un membre important du réseau, qui a fait un déplacement en Corse.

Il nie les faits, tandis que son avocat parle de "construction intellectuelle". Il est placé sous contrôle judiciaire.

"Conversations de bistrot"

Le deuxième homme a 70 ans. Il n'a pas d’antécédents judiciaires non plus. Il est retraité, et n’était ni policier, ni militaire, ni professeur. Il est père de trois enfants et grand-père de quatre petits-enfants.

Selon son avocat, Me Dominique Paolini, il a adhéré au groupe en réaction aux attentats islamistes, en pensant qu’"il y en aurait d’autres, que l’Etat serait défaillant et qu’il fallait donc protéger sa famille". Pour son conseil, si des cibles ont été évoquées (imams radicaux, détenus radicalisés sortant de prison) c’étaient des choses "dites en l’air", des "conversations de bistrot", "juste du fantasme".

"Ils se sont structurés dans le but de se rassurer et non d'agir. Leur peur était un 'Grand soir' islamiste et des attentats sur tout le territoire. Il n'y avait ni projet, ni cible", détaille encore l'avocat. 

L'homme nie les faits depuis sa garde à vue. Il a été écroué et son avocat craint pour sa sécurité en prison.

D. N. avec Cécile Ollivier