BFMTV

Grève du 5 décembre: Castaner appelle les syndicats à "chasser" les casseurs des cortèges

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner arrive à l'Hôtel Matignon à Paris, le 25 novembre 2019

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner arrive à l'Hôtel Matignon à Paris, le 25 novembre 2019 - Stephane de Sakutin / AFP

A la veille de la journée de grève qui se doublera d'une importante manifestation, le ministre de l'Intérieur a appelé les syndicats à veiller à l'organisation de "leurs propres manifestations".

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a appelé ce mercredi les syndicats à "chasser" des cortèges les personnes qui chercheraient à "empêcher la manifestation par des violences", à la veille de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

"J'attends des organisations syndicales qu'elles veillent à organiser leurs propres manifestations. J'ai eu des contacts avec plusieurs leaders nationaux, je sais que c'est leur intention, je sais aussi leur sens des responsabilités", a déclaré le ministre de l'Intérieur lors d'un déplacement à la préfecture de Colmar.

La crainte de "casseurs" et de "gilets jaunes radicaux"

"J'attends aussi d'eux qu'ils fassent en sorte de chasser ceux qui viendraient dans ces manifestations comme un coucou viendrait dans le nid d'un autre pour menacer la manifestation, empêcher la manifestation par des violences", a-t-il dit. "J'attends aussi d'eux qu'ils condamnent ces violences de la façon la plus claire, comme je l'attends aussi des partis politiques qui ont appelé à manifester demain", a poursuivi Christophe Castaner.

"Nous savons qu'il y aura une mobilisation forte et, en même temps, nous craignons une mobilisation de gilets 'jaunes radicaux' (...) qui pourraient venir avec des intentions belliqueuses, et peut-être aussi d'extrémistes divers et variés", a expliqué le ministre.

Chaque département prêt à intervenir "rapidement"

"Nous nous préparons. J'ai demandé aux préfets dans chaque département, et au préfet de police à Paris, de préparer des dispositifs qui permettront d'intervenir rapidement si jamais certains veulent venir pour casser", a-t-il dit. "C'est ma volonté, c'est ma responsabilité de faire en sorte que la manifestation puisse se dérouler au mieux, que l'expression syndicale, ce combat légitime sur des positions qui ne sont pas les miennes, puisse se dérouler dans de bonnes conditions", a estimé Christophe Castaner.

Syndicats, partis d'opposition et "gilets jaunes" ont appelé à faire grève et à manifester jeudi contre la réforme des retraites que l'exécutif entend mener à son terme. 245 rassemblements et manifestations sont prévus partout en France, selon le ministre de l'Intérieur qui s'attend à la présence de "quelques centaines" de "black blocs" et de "gilets jaunes radicaux" dans le cortège parisien, "peut-être quelques milliers" dans le pays.

J. G. avec AFP