BFMTV

Gilets jaunes: qui sont les interpellés?

Ce dimanche, sur les coups de 18h, le procureur de la République, Rémy Heitz, a dressé devant la presse une typologie des personnes interpellées samedi à Paris durant la manifestation des gilets jaunes.

Ce dimanche en fin d'après-midi, Rémy Heitz, procureur de la République, a fait face à la presse pour revenir sur les suites judiciaires de la journée de mobilisation des gilets jaunes la veille. Si sur l'ensemble du territoire, la puissance publique a arrêté 1.939 personnes, en plaçant 1.709 d'entre elles en garde à vue, le magistrat a commencé par noter que "plus de 1.000 interpellations" avaient été réalisées à Paris, conduisant au placement en garde à vue d'environ "900 majeurs et cent mineurs". "Le délit visé le plus souvent était le délit de groupement en vue de commettre des violences", a-t-il précisé. 

Majoritairement des hommes inconnus des services 

Parmi la cohorte des adultes interpellés, le procureur de la République de Paris a repéré deux physionomies bien différentes. "Les profils des gens interpellés sont très proches de ceux déjà interpellés la semaine dernière, majoritairement des hommes, âgés de moins de 40 ans, la plupart du temps sans antécédent judiciaire venus de différentes régions de France", a-t-il d'abord posé avant de poursuivre: "Parmi eux, des profils plus marqués issus manifestement de l’ultradroite ou des rangs de l’ultragauche."

Comme le révélait notre journaliste Dominique Rizet, dès samedi soir, 78 personnes, venues de l'Est de la France, relevant d'un groupe d'extrême-droite ont été interpellées, avant d'avoir pu prendre part au rassemblement, par la police à hauteur de la gare de Bercy. 

Quant aux mineurs, ils ont été appréhendés plus tard et se sont révélés davantage "motivés par la volonté de piller les commerces" que par des aspirations politiques, selon Rémy Heitz. 

Robin Verner