BFMTV
Police-Justice

Fusillade dans la Somme: le tireur avait 2,28g d'alcool dans le sang

Au lendemain de la fusillade à Roye qui a coûté la vie à 4 personnes, dont un gendarme, le procureur d'Amiens a évoqué le taux d'alcoolémie du tireur présumé, et évoqué un différend vieux d'un an entre l'homme et la famille visée par ses tirs.

Le procureur d'Amiens Bernard Farret a fait un point sur l'enquête, au lendemain de la fusillade à Roye qui a coûté la vie à quatre personnes, dont un gendarme, mardi soir, dans la Somme. Les points principaux de son intervention.

Environ 30 coups de feu tirés. Selon le scénario décrit par le procureur, après avoir tiré "à 14 reprises" sur le bloc sanitaire, dans l'aire où stationnaient des caravanes de gens du voyage, le septuagénaire "s'est dirigé vers son véhicule et sa caravane et y a mis le feu". C'est en se dirigeant vers la sortie qu'il a vu les gendarmes. Il "a fait feu d'abord sur des véhicules de gendarmerie, puis sur les gendarmes eux-mêmes".

"Trois gendarmes ont riposté, ce qui a permis de neutraliser l'individu" en lui infligeant des blessures par balles, a-t-il dit. Deux gendarmes ont été blessés dans la fusillade. L'un est mort mardi soir. "Au total, on peut évaluer le nombre de tirs tirés à 30 environ", a précisé le procureur.

Les victimes. Quatre personnes sont mortes: le gendarme, une mère, son bébé et le grand-père paternel. Un autre enfant avait été blessé. "L'enfant âgé de 3 ans est en état stationnaire", a souligné le procureur d'Amiens, avant de préciser que le gendarme blessé était sorti de l'hôpital.

Un différend vieux d'un an à l'origine du drame?

Qui est le suspect? Âgé de 73 ans, l'homme est inconnu des services de police. Il a été placé en garde à vue à 10h ce mercredi matin. "Il a refusé de s'exprimer sur les faits. Il avait 2,28g d'alcool par litre de sang au moment des faits", a poursuivi Bernard Farret. Selon lui, l'homme n'avait pas de permis de port d'arme car "il n'en avait pas besoin puisqu'il s'agit d'un fusil de chasse pour laquelle il avait fait une déclaration".

Si on sait qu'il ne faisait pas parti des gens du voyage, il vivait au contact de cette communauté. Toutefois, il n'y a "pas de liens familiaux entre l'auteur présumé des faits et les victimes (mère, deux enfants, grand-père paternel)", a précisé le procureur.

Une vieille querelle? Selon le procureur, il y a eu "un différend il y a un an entre la famille et lui, avec des propos échangés, mais aucune procédure n'avait été enregistrée." Toutefois, les enquêteurs cherchent à en savoir plus sur "un incident qui a eu lieu en ville, quelques minutes en ville avant le drame. "Des investigations sont en cours pour savoir s'il faisait partie des protagonistes", a souligné le procureur d'Amiens.

S. C.