BFMTV

"Elle ne croyait pas au mal": la petite-fille de Mireille Knoll témoigne

La petite-fille de l'octogénaire tuée à coups de couteau et brûlée a décrit sur BFMTV une femme "pleine de vie", qui "voyait le bien partout".

"Je l'ai vue au mois d'octobre, je ne pensais pas que c'était la dernière fois". La petite-fille de Mireille Knoll, l'octogénaire juive tuée à coups de couteau et brûlée dans son appartement parisien, a témoigné ce mardi après-midi sur notre antenne. Noa Goldfarb, âgée de 34 ans, a évoqué le souvenir d'une femme "pleine de vie, qui aimait la culture française et aimait les autres".

"Je l’ai vue au mois d’octobre, on allait ensemble au café, on a mangé des glaces et de la chantilly comme elle aimait tant et puis j’ai profité d’elle, je ne pensais pas que c’était la dernière fois", a déclaré la trentenaire. "Elle ne croyait pas au mal, elle était gentille et naïve. Elle voyait le bien partout", a-t-elle ajouté.

Rescapée de la rafle du Vel d'Hiv

Née le 28 décembre 1932 à Paris, Mireille Knoll s'était enfuie avec sa mère de la capitale avant la rafle du Vel d'Hiv, l'arrestation massive de plus de 13.000 juifs en juillet 1942. L'octogénaire habitait dans le 11e arrondissement de Paris un appartement modeste en logement social. Handicapée, souffrant de la maladie de Parkinson selon un de ses deux fils, elle ne sortait de chez elle qu'en fauteuil roulant, accompagnée de son auxiliaire de vie.

Les enquêteurs ont découvert dans l'appartement plusieurs départs de feu, ainsi que des traces de coups de couteau sur son corps. Deux suspects ont été mis en examen pour "homicide volontaire à raison de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion" et "vol aggravé".

"Elle connaissait cet homme, elle l'aimait bien"

Le premier, né en 1989, était un voisin de la vieille dame et avait l'habitude de lui rendre visite. Le second est un ami de ce dernier, âgé de 21 ans et sans domicile fixe. 

"Elle connaissait cet homme, elle aimait bien cet homme, c’était un voisin de longue date. Il venait souvent la voir. Moi je ne le connaissais pas, je ne l’ai jamais vu", a confié Noa Goldfarb. "Il avait apparemment l’habitude de venir et de lui tenir compagnie, de boire un petit coup ensemble et de parler".

"Je ne comprends pas"

D'après des sources proches de l'enquête, les enquêteurs privilégient la piste d'un vol ayant ciblé l'octogénaire, qui vivait pourtant très modestement, avant de conduire au meurtre, pour des raisons qui restent à éclaircir. La justice a retenu en outre le caractère antisémite. 

"Savta (grand-mère, en hébreu, NDLR) a été poignardée à mort onze fois par un voisin musulman qu'elle connaissait bien. Il s'est également assuré de mettre le feu à son appartement pour ne nous laisser aucun souvenir. Pas d'album photo, ni d'elle... ni de Saba (grand-père), pas de lettres... rien! Il ne nous reste que nos larmes", a écrit Noa Goldfarb sur sa page Facebook.
"Qu’est-ce qu’elle a fait cette pauvre femme? Je ne comprends pas", a-t-elle ajouté sur notre antenne.

Mercredi, une marche blanche à la mémoire de Mireille Knoll est organisée, et sa famille sera reçue à Matignon par Edouard Philippe. 

Charlie Vandekerkhove avec AFP