BFMTV

Des "dégradations" à la Pitié-Salpêtrière, mais "aucun lien à ce stade" avec l'intrusion

L'hôpital de la Pitié-Salpêtrière

L'hôpital de la Pitié-Salpêtrière - BORIS HORVAT / AFP

Un vidéo projecteur se situant dans la salle de staff du service de chirurgie digestive a notamment été arraché de son socle et dérobé.

Des "dégradations" et un vol ont été commis dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, mais "à ce stade aucun lien ne peut être fait" avec l'intrusion de manifestants lors du défilé du 1er mai, a indiqué ce jeudi la direction de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Les faits rapportés par l'AP-HP se sont déroulés en deux temps. Mercredi "dans le courant de l'après-midi, un vidéo projecteur se situant dans la salle de staff du service de chirurgie digestive a été arraché de son socle et dérobé".

Auparavant, dans la nuit de mardi à mercredi, "une effraction s'est produite à l'institut de cardiologie, qui a entraîné des dégradations importantes sur les murs et sur les mobiliers".

Une deuxième plainte déposée par l'AP-HP

"A ce stade aucun lien ne peut être fait entre ces deux constatations et l'intrusion des manifestants" survenue vers 16H30 mercredi, lorsque "plusieurs dizaines de manifestants se sont introduits" dans l'enceinte de l'hôpital "en forçant (une) entrée qui était fermée par une grille métallique".

Par la suite, "une trentaine de personnes a tenté d'entrer dans le service de réanimation chirurgicale", dont "l'équipe s'est rapidement mobilisée afin d'empêcher l'intrusion". "Les soins n'ont pas été perturbés et aucune dégradation n'a été constatée dans ce service", ajoute l'AP-HP.

Après la plainte annoncée mercredi soir par son directeur, Martin Hirsch, pour "mise en danger de patients" par "une bande de manifestants/casseurs", l'institution a indiqué jeudi que les autres "événements donneront lieu eux aussi aujourd'hui à un dépôt de plainte qui sera suivi d'une enquête de police".

Cyrielle Cabot avec AFP