BFMTV

Pitié-Salpêtrière: la blessure à la tête du CRS ne serait pas liée à la tentative d'intrusion

CRS (photo d'illustration)

CRS (photo d'illustration) - Kenzo Tribouillard - AFP

Peu après 16h00 mercredi, plusieurs manifestants ont tenté de pénétrer dans l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière. Selon une source policière, c'est à 16h47 qu'un CRS aurait été blessé à la tête par un pavé. Une chronologie qui exclut tout lien entre l'intrusion dans l'hôpital et sa blessure.

Le CRS blessé à la tête par un pavé à 16h47 précisément, lors de la manifestation du 1er-mai, était à ce moment-là posté devant l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière pour le sécuriser, après l'interpellation de plusieurs dizaines de personnes à l'intérieur, précise à BFMTV une source policière. 

Cette chronologie confirme qu'il n'y a pas de lien entre la "volonté d'intrusion" de ces manifestants dans l'hôpital et l'hospitalisation du CRS qui a suivi. Ce capitaine de la compagnie 27, originaire de Toulouse et souffrant d'une fracture de l'os frontal, a été opéré mercredi soir. Son état n'est plus alarmant mais il est encore hospitalisé ce jeudi. Au total, 24 manifestants et 14 membres des forces de l'ordre ont été blessés lors de la manifestation du 1er-Mai à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. 

L'équipe médicale ne s'est pas "sentie en danger"

Dans l'après-midi, des dizaines de personnes ont fait brièvement irruption dans l'enceinte de l'hôpital de La Salpêtrière, situé sur le parcours de la manifestation. Selon le ministre de l'Intérieur et l'hôpital, certains ont ensuite tenté de pénétrer dans un service de réanimation avant d'être délogés par la police. 

D'un côté, le gouvernement parle d'un acte violent, tandis que de nombreux témoignages évoquent la volonté des manifestants de se protéger. Le personnel du service de réanimation dit en tout cas "ne pas s'être senti en danger" lors de la tentative d'intrusion.

Alexandra Gonzalez avec Ambre Lepoivre