BFMTV

Craintes de violences le 1er-Mai: les commerçants parisiens appelés à fermer boutique

-

- - Alain JOCARD / AFP

Craignant des violences et des dégradations, la préfecture de police de Paris a pris un arrêté obligeant les commerces situés le long du parcours de la manifestation du 1er mai à fermer.

La préfecture de police craint des violences en marge de la traditionnelle manifestation du 1er mai à Paris et prend les devants. Le préfet de police Didier Lallement a décidé de prendre un arrêté obligeant les responsables de commerces, débits de boissons et restaurants installés le long parcours du cortège à fermer leurs établissements le temps de la manifestation. 

Le préfet justifie la fermeture des commerces du fait des violences et dégradations survenues le 1er mai 2018 et des "risques de même nature" "susceptibles de se produire" mercredi. La préfecture évoque dans son arrêté "un contexte social et revendicatif des plus tendus, notamment avec des appels à des rassemblements 'gilets jaunes' à Paris". 

A l'appel de plusieurs organisations syndicales, une manifestation déclarée en préfecture partira de Montparnasse à 14h30 en direction de la place d'Italie. Mais en marge de ce rassemblement enregistré auprès des autorités, d'autres appels à manifester ont été relayés sur les réseaux sociaux, certains appelant à faire de Paris la "capitale de l'émeute". Des groupes de black blocs appellent aussi à se rassembler à Paris.

Protection des boutiques contre "les dégradations et pillages"

Dans le détail, les établissements situés place du 18 juin 1940 et boulevard du Montparnasse devront fermer à partir de 13 heures. A partir de 14h30, les établissements situés boulevard du Port-Royal, boulevard Saint-Marcel, boulevard de l'Hôpital et place d'Italie devront faire la même chose. 

Les commerçants concernés par l'obligation de fermeture devront également protéger leurs établissements "contre les dégradations et pillages". Les terrasses et tout mobilier pouvant servir de projectile devra aussi être ramassé. 

En parallèle, l'arrêté du préfet de police prévoit l'interdiction de stationnement des véhicules de 6 heures à 20 heures sur l'itinéraire de la manifestation. Selon l'évolution de la situation générale, ces mesures pourront être levées "au cas par cas". 

Carole Blanchard