BFMTV

Syndicats, gilets jaunes: le 1er-mai s'annonce très politique

Gilets jaunes et syndicalistes à Paris le 27 avril, auprès d'une pancarte reprenant "La liberté guidant le peuple", d'Eugène Delacroix.

Gilets jaunes et syndicalistes à Paris le 27 avril, auprès d'une pancarte reprenant "La liberté guidant le peuple", d'Eugène Delacroix. - Zakaria ABDELKAFI / AFP

Après une journée de mobilisation d'une ampleur modérée ce samedi, syndicats et gilets jaunes préparent déjà leurs défilés pour ce mercredi 1er mai. Ils feront même cortège commun dans de nombreux cas.

Le 1er-mai, rendez-vous historique des travailleurs et des syndicats, sera d'autant plus politique ce mercredi dans l'Hexagone qu'il entre, et à plusieurs titres, en collision avec la crise que traverse le pays depuis six mois.

Les enjeux du 1er-mai 

Ce samedi, avec 23.600 manifestants dans les rues selon le ministère de l'Intérieur, et 60.132 selon les organisateurs, les gilets jaunes ont enregistré l'une de leurs mobilisations les plus faibles depuis le début du mouvement. Mais ces derniers avaient depuis longtemps les yeux rivés sur le 1er-mai.

La date aimante encore l'attention des opposants à la politique sociale et économique du gouvernement à un autre niveau: ce week-end à Paris, chasubles fluo et syndicalistes ont fait cortège commun. Et cette "convergence des luttes" sera l'un des enjeux essentiels de ce mercredi. Enfin, le 1er-mai marque un jubilé symbolique. Il y a un an, Alexandre Benalla, alors chargé de mission à l'Elysée, s'invitait aux côtés des forces de l'ordre avant de malmener des manifestants du côté de la Place de la Contrescarpe. Ces faits, dévoilés plus de deux mois plus tard, ont lancé une affaire symbolisant pour les détracteurs d'Emmanuel Macron les vicissitudes de l'exécutif. 

Drapeaux français et Panthéon 

Par-dessus cette toile de fond, les marcheurs du 1er-mai s'organisent. A Paris, les préparatifs ne manquent pas à en juger par les proclamations lisibles sur les réseaux sociaux. Une page Facebook propose un "rassemblement historique pour la démocratie". 3800 internautes, selon les chiffres affichés ce dimanche en début de soirée, ont promis leur participation, auxquels s'ajoutent 12.000 personnes ayant témoigné leur intérêt. Le rendez-vous est donné Place du Panthéon. 

Un autre groupe a écrit quant à lui son désir d'investir les Champs-Elysées, cependant fermés aux derniers samedis des gilets jaunes. "2 Millions de personnes sur les Champs le 1er-Mai" rassemble pour le moment 2400 personnes assurant vouloir intégrer l'événement, tandis que là encore 12.000 autres se disent "intéressées". Les organisateurs ont diffusé une consigne: "Venez tous avec des drapeaux français pour montrer qu'avant d'être gilet jaunes on est Français". 

Références révolutionnaires à Paris 

D'autres courants prennent des accent plus véhéments. Avec à ce jour, 2.900 participants et 11.000 intéressés, "Acte ultime: Paris, capitale de l'émeute", est de ceux-là. Le texte donne le ton en plaçant en exergue l'article 35 de la déclarations des droits de l'Homme et du citoyen qui ouvrait la constitution (qui ne sera finalement jamais appliquée) de 1793: "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs". 

Evoquant la colère sociale et politique actuelle, l'auteur de la description de l'événement dresse une conclusion à la tonalité belliqueuse:

"Nous lançons un appel à tous les révolutionnaires de France et d'ailleurs, à tous ceux qui veulent que cela change, à venir former un cortège déterminé et combatif. Car si la répression s'abat sur toutes et tous, notre riposte doit être commune et solidaire. Contre Macron et son monde, prenons la rue tous ensemble pour faire revivre la convergence des colères et des espoirs. Préparons nous, équipons nous, organisons nous, pour le reverser et lui faire revivre une journée en enfer. La guerre est déclarée !"

Dans un registre similaire, Le compte "Black Bloc France" avance sur sa page Facebook que le 1er mai 2019 sera une " journée en enfer pour les personnes qui défendront le système" et "une journée de fête" pour les manifestants. Le texte expose lui aussi une référence historique, chère à l'imaginaire révolutionnaire: "La Commune doit revivre."

Lille, Besançon, Caen: l'union des syndicats et des gilets jaunes sera scrutée 

Dans les régions, l'atmosphère semble moins directement politique. Et l'inconnu de l'équation tient le plus souvent à l'attitude qu'adopteront les uns envers les autres gilets jaunes et syndicats. Dans plusieurs villes importantes, on s'achemine vers un défilé commun. Il y a quelques jours déjà, La Voix du Nord assurait qu'une telle issue paraissait envisageable à Lille. 

A Besançon, les choses se précisent encore. Et le parcours, qui passera de la Place du 8-Septembre à la Place Granvelle, joindra l'intersyndicale aux gilets jaunes francs-comtois derrière une banderole commune, labellisée "social et écologie", a noté ici L'Est Républicain

La même union est attendue dans les rues de Caen, a posé Ouest France, où un nouvel acteur devrait participer à cette alliance: le collectif "Unis pour le climat". 

Robin Verner