BFMTV

Coronavirus: des policiers menacent de faire usage de leur droit de retrait

"Les policiers sont en danger", s'inquiète sur BFMTV un représentant du syndicat Alliance. Ce dernier dénonce le manque de protection pour éviter la propagation du coronavirus dans les rangs des forces de l'ordre. Mais pour Christophe Castaner, les forces de l'ordre "ne sont pas en risque" face au Covid-19.

La police bientôt vecteur de propagation du coronavirus? C'est ce que craignent les forces de l'ordre, en première ligne pour faire respecter les mesures de confinement prises par les autorités pour endiguer l'épidémie. Les syndicats de police dénoncent un manque de protection lors des contrôles de la population et s'inquiètent de cas de contamination dans leurs rangs. 

"Situation explosive"

"Ca fait plusieurs jours qu'on se bat contre l'administration pour lui faire entendre raison. Elle n'a toujours pas compris, ne s'est toujours pas rendue compte de la situation explosive sur le terrain", s'alarme Benoît Barret, secrétaire national province du syndicat police Alliance, sur BFMTV.

Emmanuel Macron a évoqué une "guerre" contre un ennemi pour lequel "les policiers ne peuvent toujours pas porter des masques lorsqu'ils le souhaitent", dénonce le syndicaliste, avant de poursuivre.

"Quand des collègues contrôlent des gens sans masques, ça choque la population qui se dit 'mais attendez, la police va être vecteur du virus'. Ca choque des médecins qui assistent à des contrôles routiers, alors qu'on entend partout qu'une personne saine peut également contaminer les gens!"

"Les policiers sont en danger"

Estimant que "les policiers sont en danger", le représentant syndical lance un "ultimatum" à l'administration: ses collègues exerceront leur droit de retrait s'ils n'ont pas l'autorisation de porter un masque "quand ils le veulent" et si des mesures de distanciation sociale ne sont pas prises rapidement.

"Si les policiers sont contaminés, parce qu'on laisse plusieurs policiers dans les bureaux. Qui est-ce qui pourra, demain, maintenir la paix?"

Mercredi soir, un syndicat représentant les CRS des départements du Rhône, de l'Isère et de l'Ain a mis ses menaces à exécution, en exerçant son droit de retrait, pour dénoncer une "absence de matériels de protection individuelle" tels que des "masques FFP2" ou des "gants de protection en latex", outils nécessaires pour se protéger du coronavirus.

Pour Castaner, les policiers "ne sont pas en risque"

Interrogé ce jeudi matin au micro d'Europe 1 sur la question du droit de retrait des policiers, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a estimé que les forces de l'ordre "ne sont pas en risque" face au Covid-19, tout en les appelant à bien respecter les gestes barrières et à "ne pas prendre les attestations en mains". 

"Je veux passer un message de confiance et rassurer les personnels: non il ne sont pas en risque. Le risque c'est plutôt de mal porter et de porter de façon continue le masque", a-t-il dit. Et d'ajouter: "Nous ne sommes pas dans la situation des personnels de santé qui sont confrontés directement à des malades".

Le droit de retrait "n'est possible que si le fonctionnaire est exposé à un danger grave et imminent ou un équipement défectueux et que l'employeur ne prend aucun mesure pour y remédier", a encore répondu Christophe Castaner. "S'agissant des policiers, ils ne peuvent s'en prévaloir dès lors qu'il s'agit d'accomplir leur mission puisqu'elle est par nature dangereuse, ils le savent", a-t-il encore ajouté. 

Plus de 4000 procès verbaux en un jour

100.000 policiers et gendarmes sont mobilisés depuis mardi pour faire respecter les restrictions de déplacement annoncées par Emmanuel Macron afin de lutter contre l'épidémie de coronavirus.

Mercredi soir, Christophe Castaner a fait savoir que les forces de l'ordre avaient dressé 4095 procès verbaux en une journée pour non-respect des règles du confinement. Et tout autant de risque de contaminations. 

Esther Paolini