BFMTV

Christophe Naudin, détenu en République dominicaine, pourra purger la fin de sa peine en France

Christophe Naudin

Christophe Naudin - Capture BFMTV

L'expert aéronautique français a signé un accord avec le Parquet dominicain vendredi soir lui permettant d'envisager de revenir en France pour y purger la fin de sa peine de prison. En détention provisoire pour son implication présumée dans l'évasion de deux pilotes français, il avait été condamné à 5 ans d'emprisonnement.

Christophe Naudin devrait pouvoir purger la fin de sa peine de prison en France, grâce à un accord signé avec le parquet dominicain, ont annoncé ses avocats ce lundi dans un communiqué transmis à BFMTV.

Placé en détention provisoire en République dominicaine, l'expert aéronautique et criminologue français avait été condamné à cinq ans de prison pour sa participation présumée à l'opération qui avait permis à Pascal Fauret et Bruno Odos, deux pilotes français sous contrôle judiciaire, de fuir la République dominicaine. Ils étaient alors dans l'attente de leur procès en appel pour leur implication présumée dans l'affaire dite "Air cocaïne". 

Me Eric Dupond-Moretti et Me Antoine Vey, les deux conseils de Christophe Naudin, s'étaient rendus sur place au mois de mars afin de négocier un accord avec le parquet de République dominicaine.

"On espère un retour avant l'été", a confié Antoine Vey à BFMTV.

Il a accepté de plaider coupable

L'accord a été signé vendredi soir et "doit être prochainement homologué par le tribunal de Saint Domingue", précisent les avocats dans le document, "cette dernière étape permettant ensuite de demander le rapatriement du citoyen français dans le cadre des accords internationaux entre les deux pays".

"Aux termes de cet accord, le Français a accepté de plaider coupable de l'infraction de 'trafic de migrants', qualification retenue par le Parquet dominicain", explique le communiqué, qui ajoute que Christophe Naudin "pourra également bénéficier de mesures d'aménagement de peine, conformément à la loi française".

Charlie Vandekerkhove avec le service police justice de BFMTV