BFMTV

Car percuté à Millas: "Les témoignages sont majoritairement en faveur de barrières fermées"

Le car scolaire à Millas.

Le car scolaire à Millas. - RAYMOND ROIG / AFP

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue ce vendredi soir, le procureur de Marseille a fait le point concernant l'enquête ouverte après la collision meurtrière entre un car scolaire et un train TER jeudi à un passage à niveaux de Millas, dans les Pyrénées-Orientales. Le magistrat a indiqué que la plupart des témoignages disaient que les barrières étaient fermées.

Le procureur de Marseille, Xavier Tabareux, chargé de l'enquête en flagrance pour homicides et blessures involontaires ouverte après qu'une collision entre un train et un car scolaire à un passage à niveaux de Millas a fait cinq morts, s'est adressé à la presse ce vendredi. Il a abordé le chapitre des barrières, axe crucial de l'enquête qui débute. Etaient-elles fermées ou relevées? "Les témoignages ne sont pas tous concordants mais très majoritairement en faveur de barrières fermées", a noté le procureur de la République. 

Le barriérage au centre de l'enquête

Cette question oppose déjà la SNCF et le gérant de la société propriétaire du car scolaire. Xavier Tabareux a souligné que les auditions allaient se poursuivre et que l'enquête allait étudier le barriérage et les feux de signalisation.

Quant à la conductrice du car scolaire, il a indiqué qu'hospitalisée, elle n'avait pu être entendue mais qu'un dépistage avait montré qu'elle n'était pas sous l'emprise de l'alcool au moment du drame.

Robin Verner