BFMTV

"C’est honteux et scandaleux": la colère des policiers après les propos du maire de Colombes

La colère des policiers enfle après les propos du maire de Colombes qui a comparé les méthodes des forces de l’ordre à celles utilisées par l’Etat pétainiste.

"Blessants, honteux, scandaleux." Les propos du maire de Colombes créent la polémique et provoquent l’ire des policiers. Dimanche, Patrick Chaimovitch élu EELV de cette ville des Hauts-de-Seine, a comparé les forces de l'ordre à la police de Vichy.

"Les policiers français, les gendarmes français qui ont obéi aux ordres de leurs supérieurs en mettant en œuvre la rafle du Vel d'Hiv et d'autres rafles après et ailleurs sont les ancêtres de ceux qui aujourd'hui avec le même zèle traquent les migrants, les sans-papiers (...)", a-t-il déclaré lors d'une commémoration de la rafle du Vel d'Hiv.

"Indécent, inentendable"

"Comparer les forces de l’ordre à la police de Vichy c’est totalement indécent, inentendable de la part d’un élu de la République", tance ce lundi matin sur BFMTV Thierry Clair, secrétaire national du pôle province de l’UNSA police.

"De tels propos sont honteux et scandaleux, abonde Denis Jacob, secrétaire général Alternative police qui incite à porter plainte contre ces paroles. Ils ne font qu’alimenter cette haine anti-flic qui fait que nous sommes invectivés, agressés, violentés. Depuis des mois, la police nationale est mise en cause. Quelle que soit son intervention, on crie tout de suite à la violence policière, à la bavure, à un acte illégitime. Tout ça n’a que trop duré et on ne peut pas l’accepter de la part d’un élu de la République", s’est-il offusqué sur notre antenne.

Dimanche, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a lui aussi dénoncé des "propos scandaleux et insupportables" envers la police et la gendarmerie, menaçant de déposer plainte s'ils étaient bien confirmés.

"Il déshonore son mandat"

"Ce maire à peine élu à Colombes, par ses propos infâmes, incarne désormais la honte de la République et déshonore déjà son mandat", a dénoncé le syndicat des commissaires de la police nationale sur Twitter.

"Il déshonore son mandat. Il est une honte pour la République. Comparer les policiers actuels avec ceux du régime de Vichy: c'est indigne (...), a également tweeté le syndicat indépendant des commissaires de police.

Pour mettre fin à cette polémique, Patrick Chaimovitch a rédigé un communiqué dans lequel il dit "regretter que (s)on propos ait pu porter à confusion". Il rappelle son "soutien aux policiers et aux gendarmes qui exercent la lourde responsabilité républicaine de sécurité dans des conditions extrêmement difficiles".

Message d'excuses

"Il n'y a pour moi aucune comparaison possible entre police et gendarmerie d'un Etat démocratique d'une part, et police et gendarmerie de l'État pétainiste d'autre part", insiste-t-il, réfutant tout parallèle entre "le sort des migrants" et celui "des Juifs promis à l'extermination".

Les 16 et 17 juillet 1942, 13.000 juifs ont été arrêtés à leur domicile par des policiers et gendarmes français avant d'être rassemblés au Vélodrome d'Hiver pour être ensuite envoyés en camp de concentration, d'où beaucoup ne sont jamais revenus.

Ambre Lepoivre avec AFP Journaliste BFMTV