BFMTV

Balkany libéré: "Il est extrêmement affaibli, comme je ne l'ai jamais vu", témoigne son épouse Isabelle 

BFMTV
"Nous étions deux pour l'aider à marcher 10 mètres pour monter du parking", a témoigné Isabelle Balkany sur BFMTV, peu après la remise en liberté de son mari.

Après cinq mois d'incarcération à la prison de la Santé, à Paris, le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany a été libéré ce mercredi dans l'après-midi, en raison de son état de santé. Sur BFMTV, sa femme Isabelle Balkany a décrit un homme fatigué et affaibli, qui va "se reposer".

"Le pire est derrière nous parce que mon mari est vivant et que nous sommes ensemble", a déclaré la maire par intérim de Levallois-Perret à BFMTV. "La seule chose qui me réconforte, c'est de retrouver mon mari. Il est extrêmement affaibli, comme je ne l'ai jamais vu".

De retour à Levallois-Perret en fin d'après-midi, les époux Balkany ont fait un détour par la mairie. "Il a voulu embrasser des gens qu'il aime", a fait valoir Isabelle Balkany, "nous étions deux pour l'aider à marcher 10 mètres pour monter du parking". L'homme politique va désormais "rester à la maison pour se reposer et surtout voir des médecins", assure l'élue de Levallois-Perret.

Patrick Balkany amaigri

Le maire de Levallois est en effet apparu amaigri, depuis la voiture qu'il a pris pour quitter la prison. Au cours de ses cinq mois d'incarcération, il a été hospitalisé à deux reprises. Fin janvier, lors d'une demande de remise en liberté, son avocat avait lu l'extrait d'un bulletin de santé, indiquant que l'homme politique connaissait une "altération de l'état général avec perte de 24 kg en 4 mois".

Isabelle Balkany avait en parallèle beaucoup communiqué sur le mauvais état de santé de son mari. "Si vous lisez l'expertise médicale, vous verrez qu'elle est totalement flippante", a-elle expliqué à BFMTV, parlant d'une "pathologie mortelle". Selon elle, il est possible que Patrick Balkany subisse de nouveau une chirurgie.

De son côté, Isabelle Balkany explique qu'elle restera "maire par intérim jusqu'aux élections municipales, j'assume totalement mon mandat donc demain je mènerai le conseil municipal, j'assume ce qu'il y a à faire à la mairie".

Un peu plus tard, Isabelle Balkany a déploré sur notre antenne "une mise sous dépôt disproportionnée", "aux conditions extrêmement graves". "En ce moment, je ne reconnais pas ma France", a-t-elle vitupéré. 

Salomé Vincendon