BFMTV

Attaque au couteau à la préfecture de police: la femme de l'assaillant affirme que son mari a eu "une crise de démence" la nuit précédente

INFO BFMTV - Devant les enquêteurs, elle a assuré que son mari avait entendu des voix la nuit précédent l'attaque, qu’il était incohérent et qu’il s’était réveillé brutalement.

Les motivations de l'assaillant au couteau, qui a tué quatre personnes jeudi à la Préfecture de Police de Paris, sont encore très floues. La perquisition à son domicile n'a pour l'instant pas donné grand chose, selon les informations de BFMTV. Mais en garde à vue, la femme de l'informaticien Michael Harpon a affirmé que son mari avait eu "une crise de démence" la nuit précédente. Elle a assuré qu'il aurait "entendu des voix", qu'il était "incohérent" et qu'il s'était réveillé brutalement.

L'assaillant était malentendant, tout comme sa femme. Pour être comprise des enquêteurs, elle se fait aider d'un interprète en langue des signes, ce qui rend son audition compliquée. 

Un début d'explication pour les enquêteurs?

Si la version de la femme se vérifie, cela pourrait être un début d'explication pour les enquêteurs. Les motivations de l'assaillant sont en effet difficiles à éclaircir pour le moment. Selon Loïc Travers, du syndicat Alliance, cet homme de 45 ans était un fonctionnaire modèle, très apprécié de ses collègues.

L'homme "était connu dans le service", et n'a "jamais présenté de difficultés comportementales" ni "le moindre signe d'alerte", a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, jeudi.

Bien qu'il s'agissait d'un homme très apprécié de ses collègues, Michael Harpon avait l'impression de vivre une frustration professionnelle ces derniers temps, selon nos informations. Malentendant, il regrettait de ne pas pouvoir grimper davantage au sein de la hiérarchie. Depuis plusieurs mois, il réclamait un interprète en langue des signes, dans l'espoir de pouvoir évoluer vers des postes de concepteurs de réseaux.

D'après nos informations, l’auteur de l’attaque s’était converti à l’islam depuis 18 mois, mais on ignore pour l'instant s'il existe le moindre lien entre sa conversion et ce passage à l'acte. Lors de la perquisition de son domicile, les ordinateurs et téléphones ont été saisis. Ils sont analysés, et pourrait offrir de nouvelles pistes aux enquêteurs, mais rien ne permet d’accréditer à ce stade une quelconque radicalisation.

Sarah-Lou Cohen