BFMTV

Attaque au couteau à la préfecture de police de Paris: ce que l'on sait

Un agent administratif de la préfecture de police de Paris a tué quatre de ses collègues et blessé gravement une cinquième. Les raisons de son geste ne sont pas encore connues. Il ne présentait pas de "difficultés comportementales", selon Christophe Castaner.

Dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris ce jeudi, aux alentours de 13 heures, Michael Harpon, un fonctionnaire administratif de 45 ans, a attaqué avec un couteau en céramique plusieurs de ses collègues, tuant quatre d'entre eux avant d'être abattu. Les raisons de son geste ne sont pas encore connues ce jeudi soir, mais la piste interne est notamment étudiée, selon nos informations.

  • "Parcours meurtrier"

Vers 13 heures, au premier étage de la Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris (DDRP), cet homme a attaqué à l'aide d’un couteau de cuisine trois policiers dans deux bureaux. "Son parcours meurtrier", selon les mots du ministre de l'Intérieur, s'est ensuite poursuivi dans l'escalier, où il a agressé, toujours à l'arme blanche, deux femmes, l'une affectée à la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), la seconde au service des Ressources humaines.

Il est ensuite descendu dans la cour du 19 août 1944. Là, un policier de la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC), après lui avoir intimé l’ordre de lâcher son couteau, a fait usage de son arme de service, un pistolet-mitrailleur HK G36, le blessant mortellement à la tête. Selon nos informations, le policier de la DOPC qui a neutralisé l'assaillant venait tout juste d'intégrer la police.

  • Une femme et trois hommes tués

Au total, quatre personnes ont été tuées en plus de l’auteur. Il s'agit d'une femme et de trois hommes. Une seconde fonctionnaire de la DSPAP a été transportée à l'hôpital militaire Percy, en urgence absolue juste après les faits. Elle est désormais hors de danger.

  • Un homme sans "difficultés comportementales"

Michael Harpon était un employé administratif de catégorie C de la Direction du Renseignement (DDRP) de la préfecture de police de Paris. Il travaillait depuis 2003 dans les forces de l'ordre. Âgé de 45 ans, il était malentendant à 70%.

L'homme n'avait jamais présenté de "difficultés comportementales", a fait savoir le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner lors d'un point presse. D'après nos informations, il s'est converti à l'islam il y a 18 mois, mais on ignore pour l'instant s'il existe le moindre lien entre cette conversion et ce passage à l'acte.

  • Des motivations floues

Ce jeudi soir, les motivations de l'assaillant restent floues. Pour l'heure, la piste du conflit interne est notamment étudiée. Le suspect, selon nos informations, était un homme très apprécié de ses collègues mais il avait l'impression de vivre une frustration professionnelle ces derniers temps. Cela faisait plusieurs mois que cet informaticien réclamait un interprète en langue des signes, dans l'espoir de pouvoir évoluer vers des postes de concepteurs de réseaux, sans y parvenir.

  • Une perquisition menée à son domicile, sa femme gardée à vue

Vers 16 heures, une perquisition a été menée à son domicile, à Gonesse, dans le Val-d'Oise. Celle-ci s'est terminée en début de soirée. Sa femme, qui a été placée en garde à vue, a assisté à cette perquisition. Elle devait ensuite être entendue par les enquêteurs, dans la soirée. 

  • Enquête ouverte pour homicide volontaire

L'enquête a été confiée par le parquet de Paris à la Brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" et tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique". Le Parquet national antiterroriste (PNAT) suit l’évolution de la situation mais n'a pas été saisi à l'heure actuelle.

Sarah-Lou Cohen, Raphaël Maillochon, Esther Paolini