BFMTV

Arcs 1800: trois départs de feu dans des immeubles, 440 personnes brièvement évacuées

Une trentaine de pompiers sont intervenus après cet accident (illustration).

Une trentaine de pompiers sont intervenus après cet accident (illustration). - AFP

"Il s'agit très probablement d'incendies volontaires", a déclaré Michel Giraudy, maire de Bourg-Saint-Maurice, à nos confrères de France Bleu Pays de Savoie.

Trois départs de feu inexpliqués se sont déclarés dans des immeubles de la station des Arcs 1800, en Savoie, dans la nuit de mardi à mercredi. S'ils ont donné lieu à l'évacuation de quelque 440 personnes, ils n'ont pas fait de blessés, selon des sources concordantes. 

"Il s'agit très probablement d'incendies volontaires", a déclaré Michel Giraudy, maire de Bourg-Saint-Maurice - commune où se situe la station des Arcs -, à nos confrères de France Bleu Pays de Savoie.

Trois départs de feu distincts

Un premier incendie s'est déclaré à minuit dans une poubelle d'une résidence, détaille une source préfectorale, confirmant une information de France Bleu Pays de Savoie

Trente minutes plus tard, un deuxième départ de feu a été signalé sur le balcon d'un appartement d'une résidence de tourisme de huit étages. La fumée s'est propagée rapidement dans l'appartement et les couloirs. 

Quarante personnes ont alors été évacuées. 36 d'entre elles ont regagné rapidement leurs logements et quatre ont été relogées.

Enquête ouverte

A 3h30 du matin, un troisième feu a pris dans le vide ordure d'une autre résidence de vacances de 16 étages. Cette fois-ci, quatre cents personnes ont été évacuées. Toutes ont pu regagner leur logement dans la nuit.

Quarante pompiers ont été mobilisés. Certains étaient toujours sur place, ce mercredi matin. 

Une enquête, confiée à la gendarmerie, a été ouverte par le parquet d'Albertville.

En janvier dernier, deux personnes étaient mortes dans l'incendie d'une résidence où logeaient des saisonniers à Courchevel, en Savoie. La piste criminelle est "sérieusement examinée" par les enquêteurs. 

Clémentine Piriou avec AFP