BFMTV

Amour, violence et téléréalité: la starlette Nabilla jugée jeudi à Nanterre

Soupçonnée d'avoir poignardé à deux reprises son compagnon, Thomas Vergara, la starlette de téléréalité, qui s'était fait connaître avec son fameux "allô quoi!", est convoquée jeudi devant le tribunal correctionnel de Nanterre. Elle encourt sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende.

Une notoriété subite et incontrôlée, un couple fusionnel, un coup de couteau, la prison: après les caméras de la téléréalité, la starlette Nabilla Benattia, soupçonnée d'avoir poignardé son compagnon Thomas Vergara, fera face jeudi à ses juges.

Devant le tribunal correctionnel de Nanterre, la Franco-Suisse de 24 ans devra répondre de deux épisodes de "violences volontaires aggravées" sur son conjoint. En novembre 2014, un coup porté au thorax, qui avait valu à la starlette une retentissante garde à vue. Mais aussi une blessure au dos par une lame, trois mois plus tôt, dans le sud de la France.

Thomas Vergara, 29 ans, devrait être présent. S'il est toujours partie civile dans ce dossier, le face-à-face entre les deux "people" s'annonce plus amoureux que houleux: le playboy a depuis longtemps "pardonné à la femme qu'il aime", répète son avocat Me Thierry Fradet, et le couple s'épanche à l'envi sur les réseaux sociaux.

Hospitalisé, Vergara avait écopé de 10 jours d'ITT

Nabilla Benattia et Thomas Vergara ? Elle est décrite fragile et impulsive. Lui, jaloux et possessif. Eux dépeignent une idylle "fusionnelle" et tumultueuse depuis leur rencontre, début 2013, sur le tournage des Anges de la téléréalité à Miami. Sur fond, pour lui, de cocaïne; pour elle, de notoriété brutale, propulsée phénomène médiatique pour son expression "Allô, non mais allô quoi!", mais allègrement moquée. 

Le soir du 5 novembre 2014, la starlette, devenue chroniqueuse dans Touche pas à mon poste, se trémousse en body très échancré sur le plateau de l'émission de D8.

"Tu fais quoi sérieux, on te voit en train d'allumer Hanouna, de danser sur ta chaise en culotte, pratiquement à poil...", s'emporte Vergara par texto.

La dispute repart de plus belle le soir du 6 novembre. Le couple rentre à l'appart-hôtel de Boulogne-Billancourt qu'il occupe chaque semaine le temps des tournages de Nabilla. Le ton monte, Vergara confisque le portable de sa compagne, ils en viennent aux mains. Vergara reçoit un coup de couteau de cuisine en plein thorax. Hospitalisé, il écope de 10 jours d'interruption totale de travail.

"Le coup est parti"

La starlette assure d'abord que le couple a été agressé devant l'hôtel. Puis raconte aux enquêteurs sceptiques que Vergara s'est blessé seul dans la dispute. Lui maintient qu'elle a porté le coup sans le vouloir. Ces derniers jours enfin, dans les médias et dans son livre Trop vite (éd. Robert Laffont), la starlette a reconnu l'avoir blessé involontairement:

"Pendant qu'il tentait de me maîtriser", écrit la jeune femme de 24 ans, "le coup est parti".

Pas crédible, selon l'accusation, qui voit là un geste parfaitement volontaire. Mise en examen pour "tentative de meurtre" - finalement requalifiée en "violences volontaires aggravées" -, la plantureuse passe près de six semaines en détention provisoire. La presse people s'emballe, diffuse des photos d'elle en garde à vue puis en prison. Lorsqu'elle sort de la maison d'arrêt, son contrôle judiciaire lui interdit d'entrer en contact avec Vergara et de quitter la France - obligations dont elle s'est largement affranchie.

Le tribunal se penchera aussi sur des faits survenus en août 2014 dans les Bouches-du-Rhône. Thomas Vergara, blessé au dos à l'arme blanche, avait alors assuré être tombé, déstabilisé par son chien, sur un couteau à barbecue qui séchait sur un muret. Les enquêteurs soupçonnent plutôt Nabilla de l'avoir agressé. Elle réfute.

Jusqu'à 7 ans de prison et 100.000 euros d'amende

Nabilla Benattia encourt sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende.

La starlette espère ensuite "retrouver une liberté", écrit-elle, "pas la moitié, pas cinquante pour cent, comme avec un bracelet à la patte".

V.R. avec AFP