BFMTV

Affaire Grégory: des extraits des carnets secrets du juge Simon dévoilés

C'est un document exclusif que s'est procuré BFMTV. Les carnets personnels du juge Maurice Simon. Le magistrat avait repris de zéro l'affaire sur la mort du garçonnet en 1987, après l'éloignement du juge Lambert.

"Grégory est de plus en plus dans mon cœur et je veux savoir qui a eu la sauvagerie de le tuer". Cette phrase a été écrite par le juge Simon, dans ses carnets secrets. L’homme démontre, dès 1987, son attachement viscéral à la résolution de l’enquête sur le meurtre de cet enfant de quatre ans retrouvé dans la Vologne le 16 octobre 1984.

"Ces carnets, on a été les chercher et je peux vous assurer que c’est un bombe atomique", a déclaré ce mardi Dominique Rizet, consultant police-justice à BFMTV.

"Le juge Simon est le premier à évoquer la piste d’une équipe. C’est-à-dire un ravisseur, un kidnappeur. Pour lui, ce ravisseur, c’est Bernard Laroche qui va remettre Grégory le 16 octobre 1984 à une ou plusieurs autres personnes qui pourraient être Marcel Jacob, le grand-oncle mis en examen et son épouse Jacqueline Jacob, qui serait elle l’auteure de lettres anonymes", a-t-il expliqué.

Des carnets évoqués dans la lettre adressée lundi par Marie-Ange Laroche à Emmanuel Macron. Pour le juge Simon, deux questions ont rapidement émergé à l'époque. Celle du rôle de Christine Villemin, la mère de Grégory et celle du témoignage de Murielle Bolle qui accuse son beau-frère Bernard Laroche, avant de se rétracter. Questionnement que le juge traduit dans ses carnets.

"Nous allons tourner autour de deux problèmes : Christine Villemin a-t-elle oui ou non posté (…) la fameuse lettre de revendication du crime ? La petite Murielle Bolle a-t-elle oui ou non négligé le car de ramassage (…) pour partir avec Laroche ?"

Le magistrat reprend l’affaire après l’instruction menée par celui qui était alors surnommé "le petit juge" Lambert, très critiqué par la presse pour sa mauvaise maîtrise de la procédure, provoquant l’annulation de nombreuses pièces du dossier.

Des extraits des carnets personnels du juge Simon dévoilés par BFMTV
Des extraits des carnets personnels du juge Simon dévoilés par BFMTV © -

Des notes rajoutées au dossier il y a un an

Maurice Simon, bien plus expérimenté, n’en sera pas moins "surpris par cette affaire hors norme", s’inscrivant dans un contexte "rarement vu de pression médiatique extrême." 

"Le poids de l’opinion est écrasant. Moi, je poursuis ma route, c’est tout", écrira-t-il le 19 avril 1988. Il ne manquera toutefois pas de s’indigner du travail de son prédécesseur, Jean-Michel Lambert, quelques mois plus tard. "On reste confondu devant les carences, les irrégularités, les fautes (…) ou le désordre intellectuel du juge Lambert. Je suis en présence de l’erreur judiciaire dans toute son horreur", écrira-t-il même après les accusations et les pressions contre Christine Villemin.

Mais en janvier 1990, l'instruction va brutalement s’interrompre quand le juge Simon est victime d'un infarctus. Ses notes, qui n’ont été rajoutées au dossier qu’il y un an, sont désormais un éclairage essentiel sur l’enquête sur la mort du petit Grégory.
B.C.