BFMTV

L'avocat du cousin de Murielle Bolle assure que le témoignage de son client "est un appel"

Jean-Christophe Timoczko, avocat du cousin de Murielle Bolle dont le témoignage a conduit à la mise en examen de cette dernière dans le cadre de l'affaire Grégory, s'est exprimé sur BFMTV ce lundi.

L'avocat Jean-Christophe Timoczko défend le cousin de Murielle Bolle dont la déposition le 17 juin dernier devant les gendarmes de Dijon a conduit à la mise en examen de celle-ci pour enlèvement de mineur de moins de quinze ans suivi de mort dans le cadre de l'affaire Grégory. Jean-Christophe Timoczko est intervenu sur BFMTV ce lundi soir. Il a expliqué que son client avait pris connaissance de l'interview de Marie-Ange Laroche, soeur de Murielle Bolle, diffusée ce même jour par notre antenne: "Il l’a vue et il m’a immédiatement appelé sans même que j’ai à le solliciter."

Le cousin de Murielle Bolle affirme avoir été présent au domicile des Laroche le 5 novembre 1984 au soir, alors que Murielle Bolle venait de quitter la gendarmerie et que Bernard Laroche, mari de Marie-Ange Laroche, avait été arrêté du fait du témoignage de sa belle-soeur. Il dit avoir été témoin de brutalités exercées contre l'adolescente afin de la pousser à se rétracter. Marie-Ange Laroche a nié l'ensemble de ces allégations. Jean-Christophe Timoczko a posé: "Je l’ai rencontré ce week-end. Je l’ai questionné. Je peux vous dire qu’il ne sera pas du tout impressionné par ce qui a pu être affirmé aujourd’hui par Marie-Ange Laroche."

Il n'est "pas le seul à garder une vérité enfouie depuis plus de 30 ans"

L'avocat e expliqué pourquoi son client n'était pas sorti plus tôt du silence:

"Je ne crois pas qu’il soit le seul à garder en lui une vérité bien enfouie depuis plus de trente ans. Son témoignage, c’est aussi un appel à d’autres personnes qui ont vu la même chose que lui. C’est du moins ce qu’il m’a affirmé. Il est vrai aussi qu’il ne pouvait pas se taire puisqu’il connaît un épisode difficile dans sa vie puisqu’il est malade et il estime qu’à un moment, il faut peut-être avoir le courage. Il vous regarde droit dans les yeux quand il vous parle, et il n’a pas peur d’affronter les avocats qui le traitent très facilement de tous les noms d’oiseaux."

Jean-Christophe Timoczko assure être certain de la sincérité de son client: "Je me suis forgé une conviction. Au cours de 25 ans de carrière, des témoins de circonstances j’en ai rencontré plus d’un et il ne me donne pas cette impression."

Robin Verner