BFMTV

Affaire Bettencourt: "un conflit d'intérêt manifeste" pour la défense

Liliane Bettencourt, en octobre 2011

Liliane Bettencourt, en octobre 2011 - -

Les avocats des principaux mis en examen du volet abus de faiblesse de l'affaire Bettencourt ont dénoncé jeudi dans un communiqué commun la proximité révélée par le Parisien entre le juge Jean-Michel Gentil et un expert du dossier.

Pour la défense, il s'agit d'"un conflit d'intérêt manifeste". Les avocats des principaux mis en examen du volet abus de faiblesse de l'affaire Bettencourt ont dénoncé jeudi la proximité, révélée par Le Parisien, entre le juge Jean-Michel Gentil et un médecin expert du dossier.

Dans ce communiqué commun, les avocats, notamment de Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Patrice de Maistre, François-Marie Banier, Stéphane Courbit et Pascal Wilhelm indiquent que "les liens de proximité anciens et très étroits" révélés par Le Parisien entre l'expert légiste Sophie Gromb et le couple Gentil "caractérisent un conflit d'intérêt manifeste qui jette la suspicion sur l'impartialité de l'expertise sur laquelle repose la procédure d'instruction".

"Aucun problème déontologique"

Interrogée sur FTVI, Valérie Noël, l'une des trois juges qui instruit le dossier, s'est déclarée "très sereine", ne craignant "aucunement" l'annulation de l'expertise, puisque le juge Gentil n'avait pas nommé l'expert seul, mais avec elle-même et Cécile Ramonatxo, troisième juge d'instruction dans ce dossier. Cette dernière, sur notre antenne, a de son côté qualifié ces accusations d'"aberrantes".

Valérie Noël indique par ailleurs que la proximité entre le juge Gentil et Sophie Gromb "ne pose aucun problème déontologique". Elle a également confié à BFMTV qu'elle voyait dans cette affaire une volonté de déstabiliser le juge Gentil.

Pour les avocats de la défense, cette proximité est d'"autant plus troublante qu'une demande de dépassement d'honoraires a été sollicitée par" Sophie Gromb et "accordée par le seul juge Gentil" en août 2011. Ils estiment qu'il appartient désormais" au procureur de Bordeaux "de tirer toutes les conséquences de ces atteintes aux droits de la défense et au droit au procès équitable qui a entravé la manifestation de la vérité".

Selon Le Parisien, Sophie Gromb, chef du service de médecine légale du CHU de Bordeaux, aurait été témoin au mariage de Jean-Michel Gentil avec sa femme Isabelle, vice-procureur de la République à Bordeaux, le 30 juin 2007 à Mérignac (Gironde).

A LIRE AUSSI:

>> Bettencourt: Sarkozy prêt à faire annuler la procédure

>> Mise en examen de Sarkozy: le juge Gentil menacé de mort

>> Affaire Bettencourt: qui est mis en examen?

M. R. avec AFP