BFMTV

Affaire Benalla: une nouvelle enquête ouverte pour "entrave à la manifestation de la vérité"

Alexandre Benalla est visé par une 5e enquête.

Alexandre Benalla est visé par une 5e enquête. - AFP

Une cinquième enquête a été ouverte par la justice française dans le cadre de l'affaire Benalla. Elle vise la disparition du coffre-fort du domicile de l'ex-collaborateur de l'Elysée et de ses SMS effacés.

Un nouveau tiroir dans l'affaire Benalla vient de s'ouvrir au parquet de Paris. Une nouvelle enquête préliminaire a été ouverte du chef d'"entrave à la manifestation de la vérité" et confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris. 

L'enquête a été ouverte le 15 février dernier pour déterminer notamment si Alexandre Benalla a menti ou omis de dire toute la vérité devant les enquêteurs et les juges. Des investigations vont être menées entre autre sur la disparition d'un coffre-fort du domicile de l'ancien collaborateur de l'Elysée et des textos effacés sur son téléphone.

La responsabilité de l'Elysée évoquée

Il faut remonter au mois de juillet dernier pour comprendre l'origine de cette enquête. Placé en garde à vue au lendemain des révélations du Monde sur des violences commises le 1er-Mai, Alexandre Benalla avait été emmené à son domicile pour que les enquêteurs y réalisent une perquisition. Sur place manque notamment un coffre-fort dans lequel sont entreposées les armes de l'ancien collaborateur de l'Elysée. 

Alexandre Benalla explique alors aux enquêteurs que sa femme l'ayant averti de la présence de nombreux journalistes, il avait demandé à un "ami" de déplacer cette armoire. Sans donner l'identité de cette fameuse personne. Toujours au sujet de cette garde à vue, autre fait étonnant, le jeune homme raconte que des SMS avaient disparu de son téléphone professionnel lorsqu'il l'a consulté en présence des policiers.

"On a pu constater que des SMS disparaissaient au fur et à mesure. La date apparaissant sur le téléphone a même changé, il était noté 1970", a raconté le jeune homme aux juges rapportait Le Monde, faisant des allusions quant à la responsabilité de l'Elysée.

5e enquête dans l'affaire Benalla

Après les violences du 1er-Mai, le selfie armé, l'usage abusif des passeports et les enregistrements, il s'agit de la quatrième enquête ouverte par le parquet de Paris dans l'affaire Benalla. Il faut également y ajouter l'enquête ouverte pour le parquet national financier concernant les contrats russes passés avec un oligarque proche de Vladimir Poutine.

A ces procédures pourraient désormais s'ajouter une nouvelle pour "faux témoignage". A l'occasion de la présentation de son rapport d'enquête, la commission sénatoriale, son président Philippe Bas a annoncé avoir "demander au président du Sénat que le bureau de notre Assemblée délibère en vue de saisir le procureur de Paris des faux témoignages caractérisés de M. Benalla (...)".

Justine Chevalier avec Sarah-Lou Cohen