BFMTV

Accident à Millas: le sort incertain des blessés

20 personnes ont été blessés dans la collision impliquant un TER et un car scolaire

20 personnes ont été blessés dans la collision impliquant un TER et un car scolaire - BFMTV

Les vingt blessés ont été transportés par hélicoptère dans les établissements hospitaliers de la région.

Six personnes ont perdu la vie jeudi dans une collision impliquant un car scolaire et un TER sur le passage à niveau 25 de la commune de Millas, dans les Pyrénées-Orientales. À ce bilan déjà lourd s'ajoutent dix-huit blessés parmi lesquels certains se trouvent toujours en urgence absolue, selon le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Vignes. Les autres sont en urgence relative. "Il est certain que ce sont des blessures graves puisque le choc a été d'une violence terrible", a ajouté le préfet.

Quatorze collégiens âgés de 13 à 15 ans ainsi que la conductrice du car et trois personnes à bord du TER ont été blessés. Tous "ont été transportés dans divers établissements hospitaliers de la région" par hélicoptère, a indiqué le Premier ministre Édouard Philippe qui s'est rendu sur place jeudi soir.

Les familles des blessés informées dans la nuit

Les parents des victimes scolarisées au collège Chrisitan Bourquin de Millas ont été accueillis jeudi soir dans un gymnase, dans l'attente de l'identification.

"Ce bilan lourd, dramatique, constituait le défi d’informer dès que possible les familles de la situation de leurs enfants, ce que nous avons pu faire après identification des blessés. Cela a été difficile compte tenu de la gravité de certaines blessures. Après identification des blessés, l’information des familles s’est déroulée entre 0h30 et 3h30 du matin", a expliqué Philippe Vignes sur notre antenne.

Les proches des blessés sont désormais rendus à leurs chevets dans les différents centres hospitaliers.

Pour les amis en revanche, l'incertitude et le flou demeurent. Certains n'ont toujours aucune information, comme cet élève de sixième du collège Christian Bourquin qui explique être "sans nouvel de son meilleur ami". "J'espère qu'il est toujours en vie. Je me sens très mal", a-t-il témoigné sur notre antenne.

"C'est dur pour nous. C'est dur pour les familles, a poursuivi sa mère. Ma fille est partie en pleurant, elle n'a pas voulu parler [...]. Elle ne sait toujours pas si sa copine est avec nous, si elle est blessée... On n'a pas de nouvelles".

Collecte de sang

Sur Facebook, les pompiers des Pyrénées-Orientales ont lancé un appel: "Pénurie de sang... l'hôpital de Perpignan a besoin de sang suite à l’accident du car scolaire à Millas, les stocks ont beaucoup diminué", ont-ils expliqué. Et d'ajouter: "Une collecte est mise en place à partir de demain matin à l'hôpital. Donnez votre sang pour sauver des vies, les victimes ont besoin de vous".

Selon L'Indépendant, "les dons du sang ont afflué jeudi soir". La collecte organisée à l'hôpital de la ville ce vendredi débutera à 8h30. Une autre sera organisée à Saint-Feliu d'Avall, commune jouxtant Millas, entre 15h30 et 19h30.

Plan blanc

Peu après le drame, le préfet des Pyrénées-Orientales a déclenché le Plan blanc, un dispositif utilisé en cas de grande urgence. Il permet d'organiser les secours et les hospitalisations au niveau local. Il assure en outre, grâce à des procédures prévues à l'avance et qui doivent être répétées régulièrement, le déploiement du personnel d'urgence dans les établissements de santé.

Ainsi, chaque établissement disposant de lits d'hospitalisation a une procédure à suivre en cas de déclenchement du Plan blanc. Des blocs opératoires doivent également pouvoir être ouverts pour les éventuels blessés. Il s'agit de gérer les priorités et de, parfois, déprogrammer des interventions non-indispensables pour permettre aux blessés d'être pris en charge. 

Paul Louis