BFMTV

Quand Jean d'Ormesson expliquait pourquoi un écrivain ne devait pas mourir en même temps qu'une star

Jean d'Ormesson sur le plateau de Salut les Terriens!, le 11 octobre 2008

Jean d'Ormesson sur le plateau de Salut les Terriens!, le 11 octobre 2008 - Canal+

Invité de Salut les Terriens! en 2008, l'académicien, mort quelques heures avant Johnny Hallyday, assurait qu'il était "très mauvais" pour un écrivain de mourir en même temps qu'une autre star.

Les confidences de Jean d'Ormesson sur le plateau de Salut les Terriens! résonnent avec une ironie un peu amère cette semaine. L'écrivain et académicien, mort ce mardi 5 décembre, quelques heures avant le chanteur Johnny Hallyday, expliquait dans l'émission de Thierry Ardisson, le 11 octobre 2008, ce que ne devait surtout pas faire un écrivain pour sa mort.

"Un écrivain doit faire attention à tout ce qu'il écrit, il doit faire attention à tout ce qu'il dit et il doit faire attention à la façon dont il meurt", confiait Jean d'Ormesson sur Canal+. Vous savez, c'est très mauvais pour un écrivain de mourir, par exemple, en même temps que Piaf."

"C'est désastreux..."

Faisant référence au 11 octobre 1963 où le poète français était mort à quelques heures d'intervalle de la célèbre chanteuse, l'académicien expliquait alors: "Piaf a pris toute la lumière pour elle, et on n'a pas parlé beaucoup de Cocteau". Une phrase qui prend aujourd'hui un sens différent alors que le scénario s'est reproduit cette semaine avec les disparitions quasiment simultanées du brillant écrivain et du rockeur préféré des Français.

Dans Salut les Terriens!, Jean d'Ormesson poursuivait: "Il y a un autre écrivain à qui j'ai succédé à l'Académie française, c'est Jules Romain. Il est mort le 14 août, c'est désastreux de mourir un 14 août. Le lendemain, c'est le 15 août.."

Ces deux personnalités auront droit à des hommages en France ce vendredi et samedi, un hommage national pour Jean d'Ormesson et un hommage populaire pour Johnny Hallyday.

Fabien Morin