BFMTV

Pour le patron de Canal+, la sanction du CSA contre Hanouna est "injuste" et "extravagante"

La presse étrangère, peu adepte de l'humour "TPMP"

La presse étrangère, peu adepte de l'humour "TPMP" - Joel Saget - AFP

Dans un entretien accordé au JDD, Maxime Saada, directeur général du groupe Canal+, est revenu sur les sanctions prises par le CSA à l'égard de l'animateur phare de C8.

Polémiques à répétitions, sanctions financières du CSA... La fin de la saison aura été mouvementée pour Cyril Hanouna et la bande de Touche pas à mon poste!. Au fameux canular téléphonique qualifié d'homophobe est venu s'ajouter la sanction des Sages du Conseil supérieur de l'audiovisuel qui ont décidé de priver TPMP de publicité pendant trois semaines.

Cette sanction, dont le préjudice était estimé à près de 6 millions d'euros, avait été jugée disproportionnée par l'animateur. Mais dans cette tempête médiatique, celui-ci peut compter sur des soutiens de poids au sein de sa direction.

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche ce 2 juillet, Maxime Saada, directeur général du groupe Canal+ (et dont C8 fait partie), a notamment tenu à apporter son appui au présentateur de TPMP, un animateur qui "fait mille heures de direct par an, qu’il nourrit de sa spontanéité, son humour et son authenticité."

"Il a fait amende honorable"

Rappelant que "Canal+ a toujours eu à cœur d'œuvrer pour la diversité et contre l’intolérance en mettant à l’antenne des sujets sur ces thèmes, ainsi que l'emblématique 'Nuit Gay' qui perdure à l’antenne depuis vingt ans", le patron de Canal+ a assuré que Cyril Hanouna "partage ces valeurs".

"Il a d'ailleurs fait amende honorable, poursuit Maxime Saada avant de s'en prendre aux proportions prises par 'l'affaire Hanouna'. Pour autant, je considère l'ampleur du procès qu'on nous fait injuste et la sanction extravagante par rapport aux autres acteurs du marché."

Après l'annonce de la sanction du CSA contre le talk-show à succès de C8, la chaîne avait déjà pointé du doigt son "caractère disproportionné et discriminatoire". Pour la direction, l'émission est victime d'un "acharnement" et déplore "le traitement inéquitable dont Touche pas à mon poste! est victime de la part du CSA."

Fabien Morin