BFMTV

Pétition de Hapsatou Sy pour interdire de médias "les personnes incitant à la haine"

Éric Zemmour face à Hapsatou Sy

Éric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Près de 100.000 personnes ont déjà signé la pétition de l'animatrice, qui demande aux médias de "prendre leurs responsabilités". La chroniqueuse a reçu une vague de soutiens depuis qu'Éric Zemmour, sur C8, a critiqué la consonance étrangère de son prénom.

Nouvel épisode de la retentissante polémique qui oppose Hapsatou Sy à Éric Zemmour. Jeudi dans la soirée, la chroniqueuse a partagé sur Twitter une pétition qu'elle a mise en ligne sur change.org. Elle y demande "d'interdire de médias les personnes portant des messages d'incitation à la haine." Elle comptabilise déjà plus de 100.000 signatures ce vendredi soir. 

Dans un texte explicatif, Hapsatou Sy revient sur le tournage des Terriens du dimanche, jeudi 12 septembre, durant lequel le polémiste invité a pointé du doigt l'origine de son prénom:

"Ce qui devait être un débat où s'échangent les idées (...) a rapidement tourné à l'attaque personnelle et à l'injure (...) Je ne peux absolument pas tolérer que la libre expression d'une opinion soit une excuse pour se permettre de formuler impunément des messages de haine", explique-t-elle.

Pour que les médias prennent "leurs responsabilités"

Elle évoque le "ras-le-bol de centaines de milliers de Français face à la banalisation des messages d'incitation à la haine que monsieur Zemmour est invité à exprimer sur tous les médias sans jamais être condamné." Elle souhaite par ailleurs interpeller "les médias à prendre leurs responsabilités concernant l'invitation d'Eric Zemmour portant des messages d'incitation à la haine."

Une semaine de controverse

Dans une séquence coupée au montage de l'émission de Thierry Ardisson sur C8, Éric Zemmour lance à la chroniqueuse que son prénom est une "insulte à la France", estimant que sa mère "a eu tort" de l'appeler ainsi. La chroniqueuse a annoncé son désir de porter plainte contre le polémiste et son incertitude quant à son retour dans l'émission. Depuis, si elle a fait l'objet d'une vague de soutiens sur les réseaux sociaux, le torchon brûle avec Thierry Ardisson. 

En parallèle, la chaîne Paris Première vient d'être mise en demeure pour des propos tenus par Éric Zemmour en janvier 2018 sur les migrants musulmans. Le polémiste a déjà été condamné par le passé pour provocation à la haine. 

B.P.