BFMTV

Nadine Morano et la "race blanche": "je me sens un peu coupable", confesse Laurent Ruquier

Laurent Ruquier sur le plateau d' "On n'est pas couché"

Laurent Ruquier sur le plateau d' "On n'est pas couché" - Barbereau Bernard/FTV

L'animateur d'On n'est pas couché est revenu jeudi sur la sortie de Nadine Morano, qui a suscité une vague d'indignation dans la classe politique et pourrait lui coûter son investiture lors des élections régionales, en décembre.

Lorsqu'il évoque Nadine Morano, Laurent Ruquier parle d'une "comète" qui "s'est désintégrée" sous ses yeux. L'animateur d'On n'est pas couché est revenu jeudi sur les déclarations controversées de Nadine Morano, eurodéputée Les Républicains, qui a déclaré sur son plateau, samedi soir: "Pour qu'il y ait une cohésion nationale, il faut garder un équilibre dans le pays, c'est-à-dire sa majorité culturelle. Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général De Gaulle le disait, de race blanche qui accueille des personnes étrangères. Je n'ai pas envie que la France devienne musulmane. Ce ne serait plus la France."

Des propos condamnés par la majorité de la classe politique, y compris au sein de sa famille politique, certains n'hésitant pas à réclamer que le président du parti Les Républicains lui retire son investiture dans l'est pour les élections régionales à venir. Mais qu'en a pensé Laurent Ruquier, hôte de Nadine Morano ce soir-là?

"Dans la nuit de samedi à dimanche, moi j'ai vu la comète Morano passer à une vitesse. Elle s'est désintégrée!", a-t-il expliqué sur RTL en riant.

"Moi je vais vous dire, je suis malheureux pour elle. Je me sens coupable en fait, je vous jure, a poursuivi Laurent Ruquier. Je n'y suis pour rien au fond, je n'ai rien forcé à quoi que ce soit mais je me sens un peu coupable parce que je l'aimais bien cette femme-là en plus."

Si les propos de Nadine Morano pourraient donc lui coûter politiquement, ils ont également relancé le débat sur la participation des politiques à certaines émissions télé, notamment On n'est pas couché, vilipendée par François Fillon dès le lendemain sur BFMTV. Pour l'ancien Premier ministre, l'émission de Laurent Ruquier "n'est faite que de caricature, d'agressivité et d'une forme de débat qui n'apporte rien".

S. C.