BFMTV

Le prince Charles, William et Harry en France pour le Centenaire de la bataille de Vimy

Le prince Charles, prince de Galles, le duc de Cambridge et le prince Harry réunis lors du Centenaire de la bataille de la crête de Valmy, le 9 avril 2017.

Le prince Charles, prince de Galles, le duc de Cambridge et le prince Harry réunis lors du Centenaire de la bataille de la crête de Valmy, le 9 avril 2017. - Philippe Huguen - Pool - AFP

Trois membres éminents de la famille royale britannique se sont rendus aux commémorations de cette bataille, dans laquelle de nombreux Canadiens ont trouvé la mort lors de la Première Guerre mondiale.

C'est une offensive qui a coûté cher au Canada. Il y a 100 ans jour pour jour, le 9 avril 1917, une offensive de 80.000 soldats canadiens est lancée sur la crête de Vimy, dans le Pas-de-Calais, afin de s'emparer de ce pont stratégique de la défense allemande. Un objectif atteint en quatre jours, après deux offensives françaises infructueuses en 1915. Pas moins de 3.500 soldats canadiens y ont trouvé la mort. C'est pour leur rendre hommage qu'une grande cérémonie à eu lieu ce dimanche. 

Environ 20.000 personnes étaient attendues dans la journée au Mémorial national du Canada, à Vimy. De nombreux officiels étaient également au rendez-vous. François Hollande y a retrouvé Justin Trudeau, Premier ministre canadien. La bataille de Vimy marque également le début de la bataille britannique d'Arras, du 9 avril au 16 mai 1917. Plusieurs membres de la famille royale britannique se sont joints à cette commémoration: Le prince Charles et ses deux fils, le duc de Cambridge William et le prince Harry.

Émotion et recueillement

Le prince Charles a découvert les tranchées de Vimy. Ses fils ont déposé des coquelicots et des bottes de soldat en mémoire des nombreux jeunes hommes tués dans cette bataille, considérée comme un événement fondateur du Canada: ce jour de 1917, pour la première fois, les quatre bataillons canadiens jusque-là incorporés dans l'armée britannique conduisirent l'assaut sous leurs propres couleurs, gagnant ainsi leurs galons sur la scène internationale.

Benjamin Pierret avec AFP