BFMTV

Le demi-frère de Meghan Markle, la compagne du prince Harry, arrêté par la police

Meghan Markle

Meghan Markle - Tasos Katopodis - Getty - AFP

Thomas Markle Jr., le demi-frère de l'actrice, est accusé de "menace avec une arme", "braquage avec une arme" sur sa nouvelle compagne depuis deux mois, et "détention illégale d'une arme".

Mauvaise passe pour Meghan Markle, la petite amie du prince Harry. Sous le feu des projecteurs depuis l'officialisation de sa relation avec le fils de Charles et Diana, la jeune actrice se retrouve au coeur d'une affaire, bien malgré elle. 

Son demi-frère, Thomas Markle Jr., a été arrêté par la police de Grants Pass dans l'Oregon, aux États-Unis, après une violente dispute avec sa compagne depuis deux mois, Darlene Blount, rapporte le Daily Mail. La querelle aurait eu lieu le 12 janvier dernier au domicile du demi-frère de Meghan Markle.

"Markle (sic) et Blount se sont disputés. En état d'ébriété, Markle a pris son arme à feu et l'a pointée en direction de la tête de Blount pour tenter de la faire partir", précise le rapport de police. Celle-ci se serait alors réfugiée dans la salle de bain avant d'alerter les autorités.

"La dernière chose qu'il veut, c'est faire du mal à Meghan"

Le Daily Mail rapporte par ailleurs -via le témoignage de Tracy Dooley, l'ex-femme de Thomas Markle Jr.- que celui-ci regretterait le tort qu'il a causé à sa demi-sœur avec cette affaire.

"Je ne veux pas que cela embarrasse Meghan. Tom a eu une petite notoriété soudaine lorsque Meghan a commencé à fréquenter le prince Harry", a-t-elle expliqué. "Il veut le meilleur pour elle. Ils étaient autrefois très proches mais ils se sont éloignés avec les années. La dernière chose qu'il veut, c'est de lui faire du mal. (...) Lorsqu'il m'a appelée, il paraissait très triste, me demandant si je pouvais l'aider à sortir de prison. J'espère que cet incident le poussera à obtenir l'aide dont il a besoin afin qu'il règle ses problèmes d'alcool."

Relâché depuis, l'homme de 50 ans sera toutefois jugé dans les mois à venir pour "menace avec une arme", "braquage avec une arme" et "détention illégale d'une arme", comme le précise le rapport de police.

Romain Iriarte