BFMTV

Elizabeth II s'accorde avec Harry et Meghan sur une "période de transition"

Meghan Markle et le prince Harry à Londres, le 12 mars 2018

Meghan Markle et le prince Harry à Londres, le 12 mars 2018 - Daniel Leal-Olivas - AFP

La reine Elizabeth et Harry et Meghan ont trouvé un accord sur une "période de transition" en vue du retrait du couple de ses obligations royales.

L'entrevue à Sandringham a été fructueuse. La reine, qui avait convoqué Harry ce lundi après-midi à Sandringham dans le Norfolk, a trouvé un accord avec le couple leur permettant se mettre en retrait de ses obligations royales sur "une période de transition". 

La souveraine de 93 ans dit "soutenir entièrement" le choix du couple princier et a demandé que les décisions finales soient trouvées "dans les jours qui viennent", soulignant qu'il restait "du travail à accomplir" sur ces questions "complexes", est-il précisé.

Dans un communiqué, la reine a déclaré avoir eu ce jour avec sa famille "une discussion très constructive".

"Ma famille et moi soutenons Harry et Meghan dans leur désir de créer une nouvelle vie en tant que jeune famille. Même si nous aurions préféré qu'ils conservent leur rôle au sein de la famille royale, mais nous respectons et comprenons leur souhait de mener une vie plus indépendante tout en restant des membres appréciés de ma famille. Harry et Meghan ont été très clair sur le fait qu'ils ne veulent pas dépendre des fonds public dans leur nouvelle vie. Il a par ailleurs été décidé qu'il y aurait une période de transition pendant laquelle les Sussex vivraient au Canada et au Royaume Uni. Il reste "pour ma famille du travail à accomplir sur ces questions complexes et j'ai demandé à ce que les décisions finales soient prises dans les jours qui viennent". 

Une grand-mère qui parle de sa famille

Auteure d'une biographie du prince Harry, sixième dans l'ordre de succession au trône, Penny Junor a relevé la chaleur des mots de la reine, qu'elle a lus comme ceux d'une "grand-mère qui parle de sa famille".

Le Daily Mail a souligné la déception de la reine et vu dans la désignation des duc et duchesse de Sussex par leurs prénoms, en rupture avec le protocole, un signe qu'ils pourraient être déchus de leurs titres d'altesses royales. "Get Megxit done", titre le journal sur son site, détournant le "Get Brexit done" (réalisons le Brexit) du Premier ministre Boris Johnson.

Parmi les sujets sur lesquels le palais de Buckingham devra trancher figure le montant de la dotation financière que le prince Charles attribue au couple depuis sa réserve personnelle. Meghan et Harry n'ont jusqu'ici officiellement renoncé qu'à leur part de l'allocation royale, laquelle ne représente que 5% de leurs revenus.

Plus tôt dans la journée, William et Harry ont affiché un front uni, émettant un communiqué pour dénoncer les pratiques de la presse britannique. S'ils ne précisaient pas le journal concerné, le Times rapportait ce lundi des témoignages affirmant qu'Harry s'était senti rejeté de la famille royale en raison de l'attitude "agressive" de son frère William qui n'aurait jamais accepté sa femme Meghan et aurait remis le couple à sa place de manière répétée. 

M. R. avec AFP