BFMTV

Pour Jude Law, le Brexit pourrait faire "une bonne série politique"

Jude Law

Jude Law - AFP

L'acteur britannique estime cependant qu'il faut attendre d'avoir un peu de recul, car "la fin de cette affaire n'est pas écrite".

Alors qu'il est à l'affiche de la série The New Pope, suite de The Young Pope, Jude Law s'est confié au JDD sur le Brexit mais aussi sa carrière, entre séries, films indépendants et blockbusters.

"Cynisme, populisme, mensonge, repli sur soi"

L'acteur, qui déclarait en 2016 avoir eu "deux semaines de sérieuse dépression post-Brexit" dans les colonnes du Telegraph, estime que cet événement qui déchire le Royaume-Uni pourrait faire l'objet d'une série télé. A condition d'attendre d'avoir le recul nécessaire.

"C'est encore trop brûlant, la fin de cette affaire n'est pas écrite", a-t-il estimé auprès du JDD. "Mais c'est vrai qu'il y a tous les ingrédients pour une bonne série politique: le cynisme, le populisme, le mensonge pur et simple, le sentiment d'exclusion d'une partie de la population, le repli sur soi. Ce pourrait être passionnant".

En parlant séries, justement, Jude Law ne pense pas qu'elles sont "une menace pour le cinéma". Mais estime toutefois qu'il faut "faire attention".

"Et continuer à soutenir des films à petit budget, inciter le public à aller au cinéma, et pas seulement pour des histoires de super-héros", a-t-il ajouté. "Je ne pense pas que la créativité et l'audace soient l'apanage des séries. Mais le problème est que les financiers préfèrent investir dans des séries plutôt que de produire des films non formatés pour le très grand public".

Jouer dans un Marvel pour financer des films indépendants

L'acteur n'a "jamais eu de problème à alterner blockbusters et films d'auteur", navigant aisément entre l'affiche de Captain Marvel et celle du dernier Woody Allen, acceptant un rôle dans le thriller indépendant The Nest tout comme dans le dernier volet des Animaux Fantastiques.

"Jouer dans un Marvel, qui génère des millions de dollars, me permet de financer des longs-métrages indépendants que personne ne veut produire", a-t-il expliqué. 

Une chose est sûre: à choisir, c'est le cinéma qu'il préfère. "Je ne cours pas spécialement après les séries. Je préfère quand même le cinéma, je viens de là. Je n'aime pas m'impliquer dans des aventures trop longues et prenantes", a confié l'acteur.

Nawal Bonnefoy