BFMTV

Nabilla fait de la pub pour le Bitcoin, le gendarme de la bourse la remet à sa place

Dans une vidéo publiée sur Snapchat, Nabilla a vanté les mérites de l'entreprise de trading andorrane qui vend du Bitcoin.

Dans une vidéo publiée sur Snapchat, Nabilla a vanté les mérites de l'entreprise de trading andorrane qui vend du Bitcoin. - Capture d'écran

L'ex-star de la téléréalité a été interpellée par l'Autorité des marchés financiers après avoir posté une vidéo dans laquelle elle vante les mérites de la monnaie virtuelle.

Une "analyse financière" signée Nabilla Benattia qui a fait bondir le gendarme de la bourse. Ce mardi 9 janvier, l'ex-star de la téléréalité s'est muée en nouvelle ambassadrice du Bitcoin en invitant sur son compte Snapchat ses fans à investir dans cette monnaie virtuelle, la "monnaie du futur", selon ses propres termes. 

Dans cette vidéo, Nabilla explique à ses admirateurs que le Bitcoin "est grave en train de se développer" et vante les mérites d'un site (TraderLeBitcoin) qui permet d'apprendre à investir dans cette monnaie.

"Il n'y a rien à perdre!"

"C'est le moment de s'y intéresser, assure la jeune femme. Même si vous n'y connaissez rien, ça permet de gagner de l'argent sans investir beaucoup. Vous investissez des petites sommes. Moi j'ai dû mettre 1000 euros, j'ai déjà gagné 800 euros. Vous pouvez mettre beaucoup moins. En plus, c'est un site qui est sûr."

Mais en appelant toutefois ses fans à investir via cette société de trading spécialisée dans le Bitcoin, assurant que "c'est gratuit" et qu'il n'y a "rien à perdre", Nabilla s'est attirée les foudres de l'AMF (l'Autorité des marchés financiers) qui lui a répondu via son compte Twitter.

"Nabilla, Le Bitcoin c'est très risqué! On peut perdre toute sa mise. Pas de placement miracle. Restez à l'écart.", prévient le gendarme de la bourse.

Comme le révèle Capital, le site vanté par Nabilla, et dont la société se trouve à Andorre, n'est pas si "gratuit". Pour accéder à leurs services, il faut s'abonner pendant six mois pour 549 euros.

F.M.